Pour la Ville de Québec, les condos connaissent une baisse de 4,6 % tandis qu’elle est de 5,1 % à L’Ancienne-Lorette. Seule Saint-Augustin présente une faible hausse de 1,2 % de la valeur.

Valeur des condos: baisse significative à Québec

Le rôle d’évaluation 2019-2020-2021 de l’agglomération de Québec affiche une baisse moyenne «significative» de 4,3 % de la valeur des condominiums. Dans l’unifamiliale, la variation de plus ou moins 0,5 % pour 80 % du parc immobilier résidentiel est la preuve d’un marché qui tend vers la stabilité.

L’abondance de condominiums dans le marché de la grande région de Québec a fait l’actualité à de nombreuses reprises au cours des dernières années. Le rôle d’évaluation, présenté vendredi, démontre bien la situation.

Pour la Ville de Québec, les condos connaissent une baisse de 4,6 % tandis qu’elle est de 5,1 % à L’Ancienne-Lorette. Seule Saint-Augustin présente une faible hausse de 1,2 % de la valeur.

Les condominiums connaissent une baisse sur l’ensemble du territoire de la Ville. L’arrondissement Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge avec 5,6 %, suivi de Charlesbourg et Les Rivières avec 5,4 % présentent les plus fortes baisses.

«Quand on construit plus que ce que le marché peut absorber, ça a un impact sur la valeur. On était au courant qu’il y avait un surplus», lance Jérémie Ernould, conseiller responsable du rôle d’évaluation, précisant que la construction de ce type d’habitation est actuellement presque au point mort.

La loi du marché

En fait, les condos sont victimes de la loi du marché. «L’équilibre, c’est entre 8 et 10 condos disponibles pour un acheteur alors que le ratio est actuellement d’environ 18», précise Richard Côté, directeur du service de l’évaluation de la Ville de Québec.

Du côté de l’unifamiliale, la valeur des résidences est jugée stable, malgré de légères diminutions dans certains secteurs. Ainsi, la Ville de Québec affiche une faible hausse moyenne de 0,3 % tandis qu’il y a une baisse respective de 0,8 % et 0,2 % chez ses voisines, Saint-Augustin et L’Ancienne-Lorette.

Richard Côté, le directeur du service de l’évaluation de la Ville de Québec, a révélé que la valeur totale du parc immobilier de l’agglomération de Québec se chiffre à 84 milliards $, en hausse de 2 %. À elle seule, la valeur des terrains a progressé de 10,7 %.

À Québec, c’est dans La Cité-Limoilou où la valeur de l’unifamiliale est le plus en hausse avec une variation de 3,5 %. Dans les autres arrondissements, la hausse varie entre 0,1 % et 0,5 %, à l’exception de Les Rivières et de Beauport qui connaissent une légère baisse respective de 0,3 % et 0,2 %.

Le rôle a été fait à partir de la photographie du marché prise au 1er juillet 2017. Le parc immobilier compte 185 232 unités, soit 3423 de plus que le rôle précédent. Il doit témoigner de la valeur minimale que pourrait obtenir un propriétaire en vendant sa résidence.

Ce n’est qu’en décembre qu’on connaîtra le taux de taxation pour l’an prochain. Mais déjà, on sait que ce nouveau rôle aura un impact limité sur le prochain compte de taxes des citoyens. 

Hôtels en forte hausse

Au chapitre des bâtiments non résidentiels, ce sont les hôtels, motels et maisons de touristes qui connaissent la plus forte progression de 19,8 %. M. Côté explique que ce type d’immeubles avait connu des baisses marquées par le passé. Leur valeur est aussi calculée en fonction des revenus nets de 2014 à 2017, comme quoi les affaires ont été bonnes. La valeur totale du parc immobilier de l’agglomération de Québec se chiffre à 84 milliards $, en hausse de 2 %. À elle seule, la valeur des terrains a progressé de 10,7 %.