Pour le grand chef Sioui, qui travaille depuis deux ans avec le gouvernement fédéral sur l'entente qui donnera plus d’autonomie à la communauté de Wendake «reconnaître le territoire» des Hurons-Wendat est important.

Une plus grande autonomie pour les Hurons-Wendat

Le grand chef de la nation huronne-wendat, Konrad Sioui et la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, signeront, mercredi matin, une entente, qui donnera plus d’autonomie à la communauté de Wendake.

Cette entente permettra aux Hurons-Wendat de fonctionner comme une véritable nation. Il sera question entre autres de territorialité, des droits des autochtones, du traité et des travaux bilatéraux avec le fédéral. «C’est un nouveau départ, une capacité d’agir avec plus d’autonomie, une garantie aussi que le fédéral ne va pas être là pour juste nous superviser, mais pour nous appuyer», a expliqué M. Sioui.

Pour le grand chef Sioui, qui travaille sur cette entente depuis deux ans avec le gouvernement fédéral, «reconnaître le territoire» des Hurons-Wendat est important. «Maintenant, quand il y a des développements sur le territoire, la nation sera maître à bord et le promoteur devra s’asseoir avec nous autres et s’entendre avec nous sur les questions environnementales, économiques ainsi que sur l’implication de la nation huronne-wendat dans le développement du territoire.»

Konrad Sioui profitera également de la visite du premier ministre Justin Trudeau à Québec, les 25 et 26 janvier pour le rencontrer. «On va parler du territoire, de la chasse et aussi des terrains de la Défense nationale à Sainte-Foy», a-t-il mentionné. Le grand chef n’a jamais caché son intérêt pour les 12,3 hectares restants des terrains de la Défense nationale. Plusieurs promoteurs ont d’ailleurs l’œil sur ces terrains excédentaires de l’armée, dont la Ville de Québec.

M. Sioui a déjà rencontré le ministre responsable de la région, Jean-Yves Duclos. Celui-ci s’était dit ouvert à discuter avec les représentants de Wendake.