La passerelle, inspirée d’une infrastructure danoise, sera érigée en 2019 pour permettre aux cyclistes de circuler sur le terrain du Port de Québec

Une passerelle cyclable pour éviter Dalhousie

Une passerelle cyclable surélevée inspirée d’une infrastructure danoise sera érigée en 2019 pour permettre aux cyclistes de circuler sur le terrain du Port de Québec et ainsi éviter la rue Dalhousie.

Évaluée à «quelques millions de dollars» selon le maire Régis Labeaume, la passerelle de 322 m de long en béton recouvert de polymère coloré sera aménagée près du stationnement étagé voisin de la place des Canotiers et ne sera pas accessible aux piétons. 

Les travaux débuteront au début de 2019 et la passerelle sera inaugurée en juin 2019 selon l’échéancier dévoilé lundi en conférence de presse. 

Elle remplacera la bande cyclable aménagée sur Dalhousie l’an dernier qui créait plusieurs situations dangereuses entre les cyclistes, les piétons, les automobilistes et les véhicules lourds en plus d’augmenter la congestion dans le secteur.

«La solution mise en place l’an passé ne marchait pas... On pensait que ça allait marcher, mais, au fur et à mesure, on s’est rendu compte que la sécurité n’était pas garantie», a concédé le maire au sujet de voie cyclable bidirectionnelle dont il avait pourtant dit, en juillet, qu’elle était «là pour rester».

Inspiration danoise

Pour ce nouveau projet, le maire avoue s’être inspiré d’une infrastructure appelée «The Bicycle Snake» qui surplombe le port de Copenhague, au Danemark, depuis 2014. «Nous avons opté pour une solution sécuritaire, mais en même temps spectaculaire», indique le maire, qui voit en la nouvelle infrastructure un attrait touristique en puissance.

«En plus de son aspect utilitaire, cette passerelle deviendra une véritable oeuvre d’art qui s’insérera dans le paysage, tout en continuité avec la promenade Samuel-De Champlain et la place des Canotiers», a déclaré le maire.

D’ici à ce que la passerelle soit aménagée, les cyclistes continueront d’emprunter la piste cyclable sur les quais jusqu’au 31 août. Pour les mois de septembre et octobre, la Ville envisagerait sérieusement d’utiliser le «gestionnaire artériel» de la Ville de Québec pour désengorger Dalhousie et permettre une meilleure cohabitation des cyclistes avec les automobilistes.

Vue aérienne

Dalhousie plus court

Le directeur général d’Accès Transports Viables, Étienne Grandmond, a assisté à la présentation, mais n’a pas caché que son organisme aurait plutôt favorisé le maintien de la bande cyclable et un apaisement de la circulation automobile sur Dalhousie pour assurer la sécurité des cyclistes.

«Le lien le plus court et le plus direct demeure Dalhousie. Ceci étant dit, on ne se plaindra pas d’un investissement important pour les cyclistes. La passerelle devrait répondre aux besoins des cyclistes récréatifs, touristiques et aussi des cyclistes utilitaires», a -t-il commenté.

«Par contre, c’est vrai que c’est beaucoup d’argent pour une petite distance, de l’argent qu’on aurait pu déployer ailleurs sur le réseau», poursuit-il, déplorant aussi le fait que la Ville n’ait pour l’instant pas l’intention de déneiger la nouvelle passerelle.

«L’enjeu de l’hiver est pertinent. Il y a beaucoup de cyclistes utilitaires qui prennent le traversier chaque jour, même l’hiver, et qui pourraient passer par là», conclut M. Grandmont.

Départ de la passerelle