L’oeuvre est un clin d’oeil au jeu de hockey sur table, très populaire pendant les années où le trio a joué pour les Nordiques de Québec.

Une nouvelle statue «audacieuse» pour honorer les frères Stastny [VIDÉO]

Stastny signifie heureux en Slovaque. Et les frérots Peter, Anton et Marian avaient de quoi l’être, jeudi, au dévoilement de l’oeuvre d’art qui commémore la grande période des Nordiques de Québec.

Les amateurs n’ont pas oublié le trio qui a marqué l’histoire du hockey dans la capitale. Ils étaient d’ailleurs plus d’un millier rassemblés, dans l’allée commémorative place Jean-Béliveau à ExpoCité, pour le dévoilement de l’oeuvre d’art intitulée «Toucher la cible». 

Et les Stastny ont prouvé qu’il s’agit d’un amour réciproque. «Vous nous avez acceptés. On va toujours se sentir chez nous», a lancé Peter, arrivé à Québec avec Anton, son cadet, en 1980 après avoir fui l’ex-Tchécoslovaquie. Le premier vit maintenant à Bratislava, sa ville d’origine, et le second en Suisse.

«Québec a adopté les Stastny et les Stastny ont adopté Québec», a renchéri Anton dans un excellent français. Preuve qu’ils s’y sont toujours sentis bien, Marian, l’aîné, vit toujours dans la région après son arrivée en 1981.

«Dans les années 80, il y avait deux éléments populaires à Québec. Le hockey sur table et les frères Stastny, a lancé le maire de Québec, sorti momentanément de ses vacances. On a le goût de se souvenir longtemps d’eux pour leur personnalité, leur évasion rocambolesque, de leur courage, de leur implication dans la communauté québécoise, mais surtout de leur contribution remarquable au succès des Nordiques et à la Ville de Québec. Votre talent indéniable vous a élevés au statut de légende à Québec. C’est un honneur de vous rendre hommage. Vous nous avez fait rêver», a-t-il ajouté.

Régis Labeaume était en bonne compagnie avec Peter, Marian et Anton Stastny

Une oeuvre audacieuse

«Il y a beaucoup de travail et beaucoup d’amour dans cette oeuvre», a lancé Marie-Pier Lebeau du collectif d’artiste Pierre&Marie, saluant l’audace de la Ville de Québec de faire appel à des artistes en art actuel.

L’oeuvre de 3 mètres présente les frères dans leur position naturelle, Anton (Nº20) à l’aile gauche, Marian (Nº18) à l'aile droite et Peter (Nº26) au centre. Ils sont représentés à la manière d’un jeu de hockey sur table et posés sur une pastille qui rappelle un cercle de mise en jeu.

«On cherchait une façon de célébrer le hockey, son côté rassembleur, son importance dans notre culture, mais surtout le fait qu’à la base c’est un jeu. La référence au hockey sur table s’est imposée», a ajouté Pierre Brassard, la seconde moitié du collectif.

L’oeuvre d’art vient rejoindre celle du «Gros Bill» sur le lieu de commémoration au hockey. Cette première oeuvre intitulée «Briser la glace», et inaugurée l’an passé, représente le célèbre numéro 4 du Canadien qui a porté les couleurs des Citadelles de Québec de 1949 à 1951, puis des As de Québec de 1951 à 1953. 

Celle inaugurée jeudi a été retenue à la suite d’un sondage mené en décembre auquel ont répondu 19 074 personnes. Le coup de sonde visait à déterminer quel joueur des Nordiques verrait une sculpture à son image orner la place Jean-Béliveau. Peter est sorti gagnant sans équivoque avec 45 % des voix. À la demande de l’ancien numéro 26, l’oeuvre honore aussi ses frères Anton et Marian. 

De nouveaux sondages seront effectués chaque année. La prochaine oeuvre à voir le jour en 2020 est celle de Joe Malone de l’époque des Bulldogs. Restera à commémorer la période des Remparts et des Nordiques dans l’Association mondiale de hockey.

L’oeuvre «Toucher la cible» financée au coût de 200 000 $ en parts égales entre la Ville de Québec et la Commission de la capitale nationale.

À LIRE AUSSI:

Statue des frères Statsny: «c'est la parfaite conclusion»

Paul Stastny sur les traces de son enfance

Pro-Am Gagné-Bergeron: un éléphant dans la pièce

Une page à tourner pour Gourde et Paquette

«Il y a beaucoup de travail et beaucoup d’amour dans cette oeuvre», a lancé Marie-Pier Lebeau du collectif d’artiste Pierre&Marie, saluant l’audace de la Ville de Québec de faire appel à des artistes en art actuel.