Martin D'Anjou, promoteur de l'événement

Une manifestation à Québec pour «sauver» le sport motorisé

Épuisé et indigné de devoir rendre des comptes aux règles «antibruit» des municipalités, le promoteur très impliqué dans le milieu des sports motorisés, Martin D’Anjou, organise une grande manifestation le 3 septembre prochain, devant l’Assemblée nationale, pour «sauver notre passion», lance-t-il dans une vidéo devenue virale sur la toile.

Sur la page Facebook du FestiDrag, la capsule du promoteur avait déjà atteint près de 30 000 clics et environ 2000 partages, en milieu d’après-midi vendredi. Rappelons que la vidéo n’était en ligne que depuis huit heures au moment d’écrire ces lignes. 

Martin D’Anjou vise à attirer 100 000 personnes pour son rassemblement sur la colline parlementaire, le 3 septembre prochain. Un objectif qu’il croit très atteignable, même s’il s’agit du lundi de la Fête du travail.

«Ça fait 20 ans que je suis dans le sport motorisé, on en a fait des choses ensemble, des belles et des grandioses, lance l’entrepreneur dès le début de son message. C’est toute notre vie, c’est notre passion, et on ne peut pas se laisser faire comme ça.»

Un message aux élus

La manifestation intitulée «Sauvons notre passion» rassemblait déjà quelques dizaines de participants sur les réseaux sociaux, vendredi. L’événement aura surtout pour but de «montrer à nos gouvernements qu’il faut sauver le sport motorisé actuellement», plaide le promoteur.

«Que ça soit autant les motos, les VTT [véhicule tout-terrain], les motoneiges, les autos, les camions, venez faire un tour le 3 septembre prochain pour une manifestation pacifique», ajoute-t-il.

M. D’Anjou affirme vouloir faire la promotion d’une manifestation sans débordements, qui montrera toutefois aux gens le revers de la médaille dans le milieu. «C’est une industrie, et il faut faire comprendre que ce sont des milliers d’emplois en jeu présentement», estime-t-il.

Pourquoi le blâme sur nos élus? «Car pour eux, on est seulement des gens qui font du bruit la fin de semaine», argue Martin D’Anjou dans sa vidéo. «On est plus que ça, ajoute-t-il. On est des gens, des hommes, des femmes, des familles à vivre cette passion-là chaque semaine.»

L’homme d’affaires promet un événement «grandiose» à ne pas manquer pour l’avenir du sport motorisé, le 3 septembre. Il convie les adeptes et les citoyens qui soutiennent la cause à se présenter avec des banderoles et des affiches lors de la manifestation. 

«Partagez, aimez, transférez, mais chose certaine, il faut se faire entendre», conclut-il en s’adressant directement à son public. 

Un peu partout dans la province, des amendes de plus en plus salées sont imposées aux groupes ou aux festivals dans le milieu du sport motorisé. Des cas importants à Pont-Rouge notamment, près de Québec, avaient fait la manchette récemment pour cas de fermeture obligatoire jusqu’au 4 août, afin d’y ériger un mur antibruit.