La résidence du 485, boulevard Louis-XIV est incluse dans les 60 000 mètres carrés de terrain acquis par la Ville le long de l’autoroute Laurentienne.

Une maison patrimoniale sur le terrain de la future centrale de police de Québec

La Société d’histoire de Charlesbourg se questionne sur l’avenir que réserve la Ville de Québec à la maison patrimoniale située sur le terrain de la future centrale de police.

La résidence du 485, boulevard Louis-XIV est incluse dans les 60 000 mètres carrés de terrain acquis par la Ville le long de l’autoroute Laurentienne. «Qu’adviendra-t-il de cette résidence ancienne: elle sera conservée dans son intégralité, transformée pour une nouvelle vocation, déménagée ou tout simplement détruite», se demande la société d’histoire dans une publication parue mardi sur la page Facebook de l’organisme.

La maison a une valeur certaine puisqu’elle possède une fiche patrimoniale sur le site internet de la Ville de Québec. On y apprend qu’elle a été construite en 1898 et qu’elle possède une valeur patrimoniale jugée «bonne».

«La valeur patrimoniale de cette maison repose sur sa valeur d’architecture et de contexte. Construite pour Étienne Villeneuve, elle détient toutes les caractéristiques des maisons traditionnelles québécoises d’inspiration néoclassique, dont un toit à deux versants à pente douce, la symétrie des ouvertures, la grande galerie circonférique et son exhaussement du sol. Outre le bardeau d’asphalte qui a remplacé le bardeau de bois de son toit au milieu des années 1960, la maison a conservé toutes ses caractéristiques architecturales d’origine, dont ses parements muraux en bardeau de bois, ses portes et fenêtres traditionnelles en bois, ses deux lucarnes à pignons et l’ornementation de sa galerie. Son recul par rapport à la rue et la présence de nombreux arbres matures augmente l’intérêt de cette demeure. C’est pourquoi la maison possède une bonne valeur patrimoniale», écrit-on.

La Ville de Québec a annoncé lundi la construction de la future centrale de police sur le terrain où elle se situe. Toutefois, aucune information n’a encore été transmise concernant l’avenir des quelques résidences privées construites sur le terrain. 

Le Soleil a fait un appel à la Ville de Québec tôt mercredi matin pour savoir ce qu’il allait advenir de la résidence patrimoniale. La question est toujours en attente d’une réponse.