Marie France Trudel représentait le district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux dans l’équipe du maire Régis Labeaume avant le dernier scrutin municipal, à Québec. Elle a été battue par la candidate de Québec 21, et colistière du chef Jean-François Gosselin, Nancy Piuze.

Une ex-conseillère de Labeaume pressentie comme libérale dans Montmorency

L’ex-conseillère municipale du district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux, dans la capitale, Marie France Trudel, souhaite porter les couleurs du Parti libéral du Québec dans la circonscription de Montmorency, selon des informations du Soleil. Elle voudrait succéder au député Raymond Bernier, qui ne se représentera pas aux prochaines élections générales.

Mme Trudel représentait le district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux dans l’équipe du maire Régis Labeaume avant le dernier scrutin municipal, à Québec. Elle a été battue par la candidate de Québec 21, et colistière du chef Jean-François Gosselin, Nancy Piuze. Il a fallu un recomptage judiciaire pour confirmer la victoire de cette dernière et, partant, l’entrée de M. Gosselin à l’hôtel de ville de Québec.

Marie France Trudel n’a pu être jointe lorsque Le Soleil a reçu confirmation de ses intentions, en raison de ses occupations professionnelles. Elle a été élue à trois reprises au conseil municipal de Québec avant sa défaite, en novembre.

La circonscription de Montmorency qu’elle convoite est passée d’un parti à l’autre depuis une génération. M. Bernier y a été élu en 2003, en 2008 et en 2014.

En 2007, c’est cependant l’Action démocratique du Québec (ADQ) qui l’a représentée, alors qu’en 2012, c’est la Coalition avenir Québec (CAQ) qui a emporté ce siège. De 1998 à 2003, rappelons-le, Montmorency a été représentée par le péquiste Jean-François Simard, qui a fait savoir récemment qu’il aimerait courir pour le parti de François Legault dans cette même circonscription lors du prochain scrutin.

Jean-Luc Lavoie

Pour faire face à la caquiste Geneviève Guilbault, et tenter de récupérer la circonscription de Louis-Hébert longtemps représentée par Sam Hamad, les libéraux de Philippe Couillard pourraient miser sur Jean-Luc Lavoie, dont le nom avait circulé un temps pour la partielle rocambolesque qui s’y est déroulée l’automne dernier.

M. Lavoie n’a pu être joint lundi. Il est l’actuel président de l’association libérale de Louis-Hébert. En 2016, il avait démissionné de son siège de commissaire à la commission scolaire des Découvreurs pour aller travailler comme conseiller politique auprès du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx.

Myriam Taschereau

Une juge de la citoyenneté, Myriam Taschereau, réfléchirait de son côté à la possibilité de porter les couleurs du Parti libéral du Québec dans la circonscription de Beauce-Nord — sur laquelle la CAQ compte à nouveau beaucoup lors du prochain scrutin.

Mme Taschereau a déjà été candidate du Parti conservateur du Canada à Québec en 2008. Elle avait mordu la poussière, entre autres en raison d’une déclaration controversée sur les artistes «gâtés des deux bords». Elle a travaillé au bureau de l’ex-premier ministre Stephen Harper à Ottawa.

En 2009, elle avait pensé se lancer dans la course à la succession de Mario Dumont afin de prendre les rênes de l’ADQ.