Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Une erreur humaine à l’origine de la panne informatique à la Ville de Québec [VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Une erreur humaine lors d’un branchement effectué il y a cinq ans serait à l’origine de la panne informatique qui a touché en fin de semaine plusieurs services de la Ville de Québec, dont les réseaux de radiocommunication de la police.

La panne est survenue samedi à 7h08 lors de travaux électriques planifiés dans des installations du gouvernement du Québec où sont hébergés des systèmes informatiques de la Ville. «Le service informatique de la Ville était au courant et les travaux ne devaient créer aucun impact», a souligné lundi le directeur général de la Ville, Luc Monty, lors d’un point de presse sur la situation.

Les travaux ont provoqué une interruption de courant. Résultat, de nombreux services de la Ville ont été perturbés comme le site web et les inscriptions en ligne et des services administratifs internes. Mais surtout les très sensibles systèmes de radiocommunication de la police: le système de répartition assistée par ordinateur (RAO) et le Service évolué de radiocommunication pour l’agglomération de Québec (SÉRAQ).

«En aucun cas, le système téléphonique du 911 n’a été touché. Nous avons pris connaissance de la panne à 7h11 et avons mis en place un plan d’urgence pour pallier au problème», a résumé André Turcotte, commandant au soutien des opérations à la police de Québec. 

Le commandant au soutien des opérations à la police de Québec, André Turcotte, et le directeur du service des technologies de l’information de la Ville de Québec, Marc Vézina, en conférence de presse, lundi  

Pour ces deux systèmes uniquement, la panne a duré 1h14. Les autres services sont revenus graduellement en fonction jusqu’à un retour à la normale dimanche soir. «Des composantes du système d’emmagasinage des données ont été endommagées, mais aucune donnée n’a été perdue et jamais les données personnelles des citoyens n’ont été mises à risque», précise le directeur du service des technologies de l’information de la Ville, Marc Vézina.

«Nous investiguons pour savoir qu’est-ce qui est à l’origine du mauvais branchement de l’époque et savoir pourquoi les systèmes de redondance (système d’urgence en cas de panne) du RAO et du SÉRAQ n’ont pas fonctionné», conclut M. Monty.