Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, a présenté le budget de sa ville pour la prochaine année. Celui-ci prévoit des hausses de taxes de 3,2 % pour les citoyens.

Une augmentation des taxes de 3,2 % pour les résidents de Saint-Augustin

Les citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures verront à nouveau leurs taxes augmenter les trois prochaines années. L’augmentation sera de 3,2 % en 2019, puis de 3,4 % en 2020 et en 2021. Les petits commerçants, par contre, bénéficieront d’une baisse de 15,8 % en 2019.

La Ville prévoit d’utiliser 1,5 % de cette augmentation pour le remboursement de la dette. Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, ne dérogera donc pas à la promesse sur laquelle il a été élu — diminuer la dette — malgré le surplus de 8,1 millions $ engendré en 2017 et le chèque de 6,5 millions de la Ville de Québec, qui provient du litige de la quote-part. 

«Je me suis fait élire en disant aux gens : “On va s’occuper de la dette.” J’ai été élu avec un mandat fort et j’ai compris que les gens voulaient que je m’occupe de la dette en priorité. C’est comme ça que je le perçois. Étaler ça sur 16 ans, ça n’a pas de sens», a-t-il justifié.

Avec un budget de 60,4 millions $, la Ville ne pourra faire de grandes dépenses. «C’est fini les affaires pas prévues. Je voulais rassurer les citoyens. Dans les prochaines années, l’augmentation de taxes va être de 3,4 %, ce qui va permettre de ramener la dette à un niveau raisonnable», a-t-il expliqué.

Grâce à la nouvelle gestion, la dette prévue de 101,2 millions $ en 2018 est finalement de 87,9 millions $. En 2019, elle devrait atteindre 77,3 millions $, selon les prévisions. En 2023, le maire Juneau espère ramener la dette à un niveau raisonnable de 47,1 millions $.

La Ville va continuer à investir et à s’occuper des infrastructures, mais aucun emprunt n’est prévu à part pour une situation exceptionnelle. «On continue à dépenser, on s’occupe de nos routes, tout en s’occupant de notre dette. On paye comptant, on ne fait aucun emprunt. Dans un horizon de cinq ans, le gros du travail aura été fait», a spécifié le maire. 

Répit pour les petits commerces

Les petits commerçants auront droit à un petit répit en 2019. La première tranche d’évaluation de 250 000 $ bénéficiera d’un taux de taxation réduit. Les petits commerces dont la valeur moyenne est de 140 000 $ auront donc droit à une baisse de 15,8 %.

Les gros commerces vont aussi en bénéficier. Au lieu d’une augmentation de 3,2 %, ils vont subir une augmentation de 0,2 % en 2019. Cette mesure coûtera 300 000 $ en 2019 à la Ville.

«Ce n’est pas une mesure Robin des bois. On n’enlève pas aux gros pour redonner aux petits. Tout le monde, dans l’ensemble des catégories, bénéficie de la mesure. L’idée, c’est de donner un répit à nos petits commerçants parce qu’ils payent pas mal plus cher que dans le résidentiel», a souligné M. Juneau. 

Le secteur industriel ne bénéficiera pas de cette mesure. Ses taxes augmenteront de 3,2 %. En 2020, les petits commerces verront à nouveau leurs taxes augmenter.