L'arrivée du Sapphire survient pendant une fin de semaine d'achalandage record. Au cours des derniers jours, 12 navires avec, à leur bord, 60 000 croisiéristes auront visité Québec et les environs.

Un premier navire accoste au quai Paquet

C'était jour de fête dimanche à Lévis pour l'arrivée du premier bateau de croisière au quai Paquet. Les nouvelles installations sur la rive sud du Saint-Laurent devraient permettre au Port de Québec d'accueillir 400 000 croisiéristes d'ici 2025.
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier en compagnie du capitaine Julian Burgess et le pdg du Port de Québec, Mario Girard
Kiosques et musique traditionnelle animaient le quai Paquet tôt dimanche pour le débarquement des 706 passagers du Saga Sapphire, premier navire à accoster au quai Paquet. Pour l'occasion, la Ville de Lévis avait aussi prévu la présence de guides touristiques et démarré la fontaine.
«C'est un moment important, voire historique. Ça sera inscrit dans les anales du port. Ça fait presque deux ans que le maire de Lévis a eu cette idée-là dans un endroit qui n'était pas vraiment aménagé à l'époque. Merci d'avoir eu cette vision», a lancé le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard, félicitant Gilles Lehouillier.
Objectif 2025
L'accessibilité au quai Paquet contribue à l'objectif ambitieux du port d'accueillir 400 000 visiteurs par la voie des eaux d'ici 2025. «On est en route pour ça et l'offre du quai Paquet devient importante. On en a besoin. C'est une offre supplémentaire. C'est un test aujourd'hui. J'espère que bien des passagers et tout le monde seront assez heureux pour refaire une tentative dès 2018», ajoute le pdg.
«C'est un grand rêve qu'on réalise de s'inscrire à l'intérieur des croisières internationales. On le réussit grâce à l'audace des autorités portuaires», soutient le maire, qui a vanté la vue exceptionnelle sur Québec, s'offrant aux passagers du Saga Sapphire.
L'audace vient possiblement du fait que le Saint-Laurent, accès maritime reconnu, peut devenir un obstacle pour les croisiéristes qui désirent visiter les charmes de la capitale. Pour sa part, M. Lehouillier n'y voit aucune contrainte majeure.
«Je dirais qu'on a un avantage inouï. On a les traversiers. Imaginez le potentiel extraordinaire que ça offre. Les gens peuvent avoir les deux options. Nous, on vend le fleuve et ses affluents. On développe un magnifique parc linéaire. Je voyais des employés du bateau enfourcher leur vélo pour profiter des pistes cyclables. On est attractif», insiste-t-il.
Apport économique convoité
L'arrivée du Sapphire survient pendant une fin de semaine d'achalandage record. Au cours des derniers jours, 12 navires avec, à leur bord, 60 000 croisiéristes auront visité Québec et les environs. Pour Lévis, recevoir une fraction de ces voyageurs représente un apport économique convoité.
«On n'a pas évalué les retombées, mais on a lancé un appel de projets et déjà 40 artistes nous ont demandé d'être présents. On a l'intention d'animer le quai Paquet lorsque les navires arriveront. On a déjà des projets de construction pour les cafés-terrasses. Si l'expérience s'avère concluante, les navires vont amener un développement économique fulgurant dans le secteur de la traverse», garantit le maire.