En conférence de presse à l’hôtel de ville en compagnie du conseiller Clément Genest, le maire Gilles Lehouillier a fait ressortir le charme champêtre et la richesse patrimoniale du village de Saint-Nicolas.

Un PPU pour le village de Saint-Nicolas

La Ville de Lévis a dévoilé jeudi un nouveau plan particulier d’urbanisme (PPU) pour le village tricentenaire de Saint-Nicolas. Il prévoit notamment le réaménagement de la route Marie-Victorin à des endroits stratégiques et l’aménagement de sentiers récréatifs avec vue sur le fleuve.

En conférence de presse à l’hôtel de ville, le maire Gilles Lehouillier a fait ressortir le charme champêtre et la richesse patrimoniale du village de Saint-Nicolas. «C’est comme si on arrivait dans un endroit un peu intemporel. Le temps et l’espace, c’est différent de ce qu’on voit ailleurs. Il faut garder ce feeling-là qui est assez unique à Lévis. C’est ça que vise le PPU», a-t-il fait valoir.

La Ville a consulté les citoyens pour élaborer le document de référence. Leur première préoccupation concerne la sécurité des piétons et des cyclistes, a témoigné Lise Monette, présidente de Revitalisation Village Saint-Nicolas. Ceux-ci hésitent à emprunter la route Marie-Victorin (132), où les automobiles roulent rapidement. 

Conscient que le ministère des Transports du Québec, qui a la responsabilité de cette route provinciale, ne peut la convertir en boulevard urbain sur toute sa longueur, le maire de Lévis propose des interventions à six endroits significatifs. Ce dernier évoque l’ajout de terre-pleins, de traverses piétonnes, de feux de circulation et rêve d’une piste cyclable hors rue. La campagne électorale provinciale sera l’occasion de réclamer une étude de faisabilité auprès du gouvernement et des candidats du secteur. 

Sentiers récréatifs

Lévis souhaite également compléter d’ici l’automne un réseau de sentiers récréatifs d’une quinzaine de kilomètres traversant les propriétés des communautés religieuses acquises récemment par la municipalité.

Les élus ont toutefois indiqué jeudi que tarde l’obtention d’un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour la construction d’une passerelle piétonne au-dessus de la rivière Aulneuse. Le statut d’affluent du Saint-Laurent compliquerait les choses. Des compensations environnementales sont à prévoir. 

Parmi les autres interventions privilégiées, notons également l’amélioration de l’esthétique de l’entrée du village, l’utilisation du vieux presbytère comme centre culturel, la remise à niveau du parc Jean-Dumets et la bonification de l’offre de transport en commun. 

Une consultation publique sur le PPU est prévue le mercredi 25 avril à 19h30 à l’église de Saint-Nicolas.