Le nouveau service mobile de récupération de résidus domestiques vise à faciliter la vie des citoyens des quartiers centraux qui n’ont pas d’automobile. Pour certains, il peut être impossible d’aller porter des produits ou objets à l’écocentre.

Un nouvel écocentre ambulant pendant quatre journées

Le nouveau service mobile de récupération de résidus domestiques se tiendra sur quatre jours en mai et juin dans les quartiers centraux. Ce projet-pilote devrait aider la Ville de Québec à atteindre d’ici 2028 son objectif de 82 % de matières valorisées.

La conseillère Suzanne Verreault, membre du comité exécutif responsable de l’environnement, a fait connaître lundi les détails de ce nouveau service.

L’initiative vise à faciliter la vie des citoyens des quartiers centraux qui n’ont pas d’automobile. Pour certains, il peut être impossible d’aller porter des produits ou objets à l’écocentre.

Ainsi, l’écocentre mobile se déplacera dans les quartiers centraux pour récupérer des matières qui ne doivent pas être enfouies ou incinérées.

Une règle à respecter : les matières acceptées doivent être d’origine domestique et peuvent être transportées par une seule personne.

De ce nombre, la liste est longue. Il y a les résidus domestiques dangereux, les ampoules en tout genre, les piles, les bonbonnes de propane d’un maximum de 10 livres, les déchets électriques et électroniques, les avertisseurs de fumée et les batteries.

De nombreuses matières comme les encombrants, les résidus de construction, les pneus, les objets explosifs et les résidus de jardin comme la terre et les branches ne sont pas acceptées.

Un camion-écocentre sera stationné le 18 mai dans le stationnement de l’église Saint-Fidèle de Limoilou, le 25 mai dans le stationnement de l’immeuble Olymbec de Saint-Roch, le 8 juin dans le stationnement du Grand Théâtre et le 22 juin sur le terrain des loisirs Saint-Sacrement.

Autres dates à venir

Quatre autres dates seront dévoilées à l’automne pour les quartiers Vieux-Québec, Montmorency, Saint-Sauveur et Vanier.

La conseillère Verreault souligne que la fréquence des camions variera selon la réponse obtenue. 

Ce projet-pilote est un des moyens mis de l’avant pour atteindre d’ici 2028 82 % de matières valorisées. Le pourcentage actuel est de 54 %. Depuis le début de l’année, il y a déjà eu une hausse de 4 % attribuable, selon Mme Verreault, a une récente campagne d’information auprès de la population.

La construction du centre de biométhanisation dont l’ouverture est prévue en 2022 aidera grandement à atteindre l’objectif.