Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Un nouveau bâtiment trois saisons pour le Parc maritime de Saint-Laurent, à l’Île d’Orléans [PHOTOS + VIDÉO]

Marie-Soleil Brault
Marie-Soleil Brault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le Parc maritime de Saint-Laurent profitera d'une cure de jouvence. 

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi un investissement de 532 000$ pour la construction d’un pavillon multifonctionnel, incluant une grande terrasse extérieure face au fleuve, afin d’augmenter la capacité d’accueil des visiteurs de ce site historique de l'île d'Orléans.

Ce bâtiment de deux étages permettra au parc maritime d’accueillir une salle d’exposition permanente qui retracera l’histoire du site en plus d’un espace d’entreposage pour les artefacts. L’édifice de 4000 pieds carrés comprendra aussi un hall pour la réception des groupes et une salle pouvant accueillir jusqu’à 70 visiteurs. Il sera situé à l’endroit où la boutique du parc maritime se trouve actuellement. Financé par le ministère du Tourisme et le Secrétariat à la Capitale-Nationale, le projet se concrétisera en 2022, selon la directrice générale du Parc maritime de Saint-Laurent, Sylviane Pilote. 

Il est aussi prévu qu’une partie du plancher sera transparente pour qu’on puisse voir les lys situés en bordure du fleuve. 

«Le bâtiment permettra non seulement d’augmenter le nombre de visiteurs, mais aussi le développement d'autres clientèles et d’offres touristiques complémentaires à celles déjà existantes sur l’Île d’Orléans», a souligné Mme Pilote, accompagnée en conférence de presse par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, et la députée caquiste de Charlevoix–Côte-de-Beaupré, Emily Foster. 

Plus de 14 000 visiteurs

Dans les années précédant la pandémie, le parc maritime recevait près de 12 000 touristes entre le mois de juin et le mois d’octobre. En 2020, plus de 14 000 visiteurs ont descendu la colline du chemin de la Chalouperie pour visiter le lieu historique de la construction navale en bois. Sylviane Pilote est aussi l’instigatrice derrière ce projet auquel elle croit depuis son arrivée en poste, il y a quatre ans. 

«Depuis quelques années, le Parc maritime de Saint-Laurent fait face à un manque cruel d’espace pour accueillir les demandes, qui sont en augmentation constante. L'infrastructure va permettre à notre institution muséale et à notre site patrimonial et touristique de répondre à un grand besoin de développement», ajoute la directrice générale, qui espère recevoir 35 000 visiteurs la première année.  

Le Parc maritime de Saint-Laurent

«La bonification de ce bâtiment va permettre de prolonger ses saisons d’utilisation. Donc, de passer d’une saison à trois, et on ouvre même la porte à une utilité à l’année», avance Geneviève Guilbault. 

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, affirme aussi que «le Québec sera en tête de peloton à la réouverture des frontières internationales lorsque les touristes d’ici et d’ailleurs vont continuer de choisir la destination du Québec et pourront maintenant en profiter quatre saisons par année.»

Sylviane Pilote, directrice générale du Parc maritime de Saint-Laurent

Ce site historique garde les vestiges des chalouperies, ces bâtiments où l’on construisait des chaloupes. Ces embarcations à la réputation dangereuse permettait aux résidents de se déplacer pour des besoins agricoles et pour visiter le centre-ville. Il est possible de visiter la chalouperie Godbout, fermée en 1989 et classée bien culturel, au Parc maritime de Saint-Laurent. 

Le site historique prend aussi place sur un des plus grands chantiers maritimes au 20e siècle, fondé par la famille Fillion en 1911. De la construction à la réparation, jusqu’à l’hivernage des goélettes — un navire long à deux mâts —, le chantier s’est diversifié au fil des ans en fabriquant des pièces usinées. Cette activité industrielle était jadis la plus importante à l’île d’Orléans, mais a fermé ses portes en 1967, faute de demande lors de l’arrivée d’un meilleur réseau routier au Québec.

Pour le moment, l'exposition permanente «Je, tu… île — là où l’insularité prend tout son sens», sur le mode de vie des résidents de l’Île d’Orléans, est disponible en version numérique sur le site Internet du parc.

Le Parc maritime de Saint-Laurent
Sylviane Pilote, directrice générale du Parc maritime de Saint-Laurent, Debbie Deslauriers, mairesse de Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans, Jean Saulnier, président du Conseil d'administration du Parc maritime de Saint-Laurent, Emily Foster, députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré, Caroline Proulx, ministre du tourisme, et Geneviève Guilbault, ministre responsable de la Capitale-Nationale