Le médaillon devrait être installé à la fin du mois d'octobre.

Un médaillon de 65 000 $ pour fêter les 30 ans de Québec à l'UNESCO

Le parvis tout fraîchement rénové de l'hôtel de ville de Québec sera bientôt orné d'un gigantesque médaillon de bronze rendant hommage à l'inscription de l'arrondissement historique du Vieux-Québec sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l'UNESCO il y a 30 ans, en 1985.
Hélène David compte bien s'inspirer du rapport Demers sur l'avenir des cégeps.
«Cette reconnaissance est une réelle source de fierté pour notre collectivité, a dit la ministre de la Culture, Hélène David. Le Vieux-Québec témoigne de quatre siècles d'histoire.»
Elle a rappelé en conférence de presse hier que l'arrondissement historique était protégé par le gouvernement du Québec depuis 1963.
Le médaillon, dont la production a coûté 65 000 $, devrait être installé à la fin du mois d'octobre.
Il a dû être coulé à la fonderie Matthews de Pittsburgh puisque aucune entreprise québécoise ne possède les équipements pour fabriquer un aussi grand morceau de bronze.
Son installation fait partie des vastes travaux de rénovation autour de l'hôtel de ville.
«Les travaux de réfection de l'hôtel de ville ne sont pas terminés, ils se poursuivent, a dit le maire de Québec, Régis Labeaume. Hier, il a souligné la popularité des nouveaux jardins de l'Hôtel-de-Ville, avec ses jeux d'eau et son mobilier urbain largement utilisés par la population et les touristes.
La facture totale des travaux autour de l'hôtel de ville s'élève à 21,8 millions $, dont 16,4 millions $ consacrés à la reconstruction du stationnement souterrain.
«Le parvis, avec son médaillon, sera digne de l'entrée principale de ce lieu de démocratie. Il s'imposera par sa dimension et son contenu», a poursuivi M. Labeaume à propos de la pièce de trois mètres de diamètre à l'image de la cartographie du Vieux-Québec. L'illustration a été réalisée à l'interne à la Ville de Québec.
Pour la vice-présidente du comité exécutif et élue responsable de la culture, Julie Lemieux, l'installation de cette oeuvre vise à «mousser la fierté des citoyens de faire partie de la liste du patrimoine mondial».