Jean-François Dufour confirme qu'il tente sa chance pour succéder à Marcel Corriveau au scrutin du 7 juin.

Un deuxième candidat dans la course à la mairie de Saint-Augustin

La course à la mairie de Saint-Augustin-de-Desmaures se jouera au moins à trois. Jean-François Dufour et Sylvie Asselin ont confirmé vendredi qu'ils tentent leur chance pour succéder à Marcel Corriveau au scrutin du 7 juin.
Ces deux citoyens engagés, déjà pressentis, s'ajoutent à l'homme d'affaires Éric Dussault qui a déposé sa candidature mardi.
Jean-François Dufour, un ancien militaire maintenant spécialiste en planification stratégique, avait participé à l'organisation de la campagne électorale de 2013 du maire Corriveau qui a démissionné en mars. Il semble ainsi vraisemblable qu'il sera le candidat supporté par l'actuel conseil municipal de Saint-Augustin.
Instigateur du mouvement 25pourcent.com, lancé en décembre après des hausses de taxes de 25%, M. Dufour entend proposer aux citoyens de Saint-Augustin «un projet et une vision pour l'avenir, basé sur un plan stratégique en trois étapes développé au cours des dernières semaines».
Il dit souhaiter mener une campagne électorale «positive et inspirante». «Saint-Augustin-de-Desmaures représente beaucoup de défis. Il y en a notamment au niveau financier avec la proximité ambitieuse, l'agglomération qui est gourmande. Aussi, il y a le défi du développement résidentiel entravé depuis quelques années», a-t-il énuméré en entrevue au Soleil.
Il ajoute que l'image de Saint-Augustin a subi de durs coups au cours des dernières semaines. «Il va falloir travailler pour la redresser».
Saint-Augustin et le ministère des Affaires municipales travaillent actuellement à trouver des solutions pour les finances de la Ville. En 2015, Saint-Augustin payera à Québec 25 millions$ en facture d'agglomération, soit 55% de son budget.
«J'ai beaucoup à offrir aux citoyens. Je suis quelqu'un qui a la capacité de mettre en action mon plan pour» redresser la ville, a assuré M. Dufour. «Beaucoup de gens partent de leur volonté pour faire la différence, moi, j'ai la capacité de transformer la volonté en accomplissement.»
Une critique dans l'arène
Sylvie Asselin n'a pour sa part jamais caché son intérêt pour se présenter à la mairie. Candidate défaite comme conseillère aux élections de novembre 2013, elle est connue comme instigatrice du regroupement Saint-augustin-aux-citoyens.ca. Cette plateforme, très critique de l'administration en place, est née après la fermeture par la municipalité du site SOS Saint-Augustin. Mme Asselin a toujours soutenu que ce site, qui avait d'abord reçu l'aval de l'administration Corriveau, a été fermé lorsqu'elle s'est mise à poser des questions plus corsées sur la gestion et les finances de la municipalité.
Jointe par Le Soleil vendredi, elle a reconnu qu'il y a avait beaucoup de travail à faire pour redorer le blason de la Ville. «C'est un grand défi, c'est plus que du temps plein» a confié celle qui présentera son plan d'action aux médias et aux citoyens jeudi. «Ce qui me pousse à faire le saut est le désire d'amener un véritable changement», a-t-elle ajouté.
Quant à la question de défusionner la municipalité de la Ville de Québec, Mme Asselin ne considère pas cette option pour le moment. «À l'heure actuelle, ce n'est pas la solution. Si on regarde la dette que nous avons, défusionner demain matin, on va garder notre dette et la ville de Québec va ajouter une taxe de secteur. On ne sera pas plus gagnant», a-t-elle avancé. «Oui il y a un problème d'agglomération à Saint-Augustin-de-Desmaures, mais il y a aussi un problème de budget de proximité. Nous allons avoir des sacrifices à faire.»
Très active dans les séances du conseil, Mme Asselin ne semble pas particulièrement appréciée des conseillers en place. En entrevue au Soleil la semaine dernière, la mairesse suppléante France Hamel, avait fait allusion à Mme Asselin et certains de ses supporteurs comme d'une minorité qui fait «mal» à l'image de Saint-Augustin en donnant une impression de division.