Mardi dernier, le chef de Québec 21 a présenté ses nouveaux candidats, dont Dominique Soucy dans le district du Plateau (à l'extrême gauche).

Un candidat de Québec 21 aurait été expulsé d'un événement

Candidat de Québec 21 dans le district du Plateau, Dominique Soucy affirme s'être fait expulser d'une fête à l'école Saint-Vincent, samedi après-midi, en raison de la présence du maire Labeaume et son équipe. Une version des faits que démentent vivement les organisateurs de l'événement.
Dominique Soucy a expliqué, samedi soir, qu'il se rendait d'abord comme père de famille à l'événement organisé par l'organisme Voice of English-speaking Québec (VEQ) à l'école Saint-Vincent. C'est que sa fille fréquente l'école préscolaire anglophone Ste-Foy Elementary.
Le candidat de Québec 21 aurait passé plus d'une heure à la fête sans soucis, se présentant d'ailleurs à différents candidats d'Équipe Labeaume et prenant des photos avec certains d'entre eux. «En sortant de l'école, j'ai croisé Régis Labeaume qui arrivait et on s'est échangé une bonne poignée de main. Il a refusé de prendre une photo avec moi, mais c'était de bonne guerre et cordial», admet d'une part Dominique Soucy. 
Mais «à peine trois minutes plus tard», la directrice de VEQ, Brigitte Wellens, a abordé le candidat du district du Plateau. La suite des événements est moins claire.
«Elle m'a demandé de quitter, car je n'étais pas le bienvenu ici. J'ai demandé pourquoi et elle m'a dit que la Ville de Québec aidait à financer l'événement et que ce n'était pas un événement politique. Ça ne faisait pas de sens pour moi, puisque je suis candidat et il y avait plusieurs candidats d'Équipe Labeaume sur place», explique M. Soucy. Comme il était à l'événement avec ses enfants, il dit avoir insisté pour que ces derniers finissent de jouer avant de quitter les lieux.
Dans son égoportrait, Dominique Soucy a pris en photo le maire Labeaume et Michelle Morin-Doyle discutant avec Mme Wellens en le pointant du doigt juste avant sa prétendue expulsion.
Sur une photo égoportrait que Dominique Soucy assure avoir voulu prendre avec une mascotte, il a plutôt «par pur hasard» pris en photo le maire et Michelle Morin-Doyle, candidate d'Équipe Labeaume, discutant avec Mme Wellens en le pointant du doigt juste avant sa prétendue expulsion. Pour le candidat, il s'agit d'une preuve que Mme Morin-Doyle aurait demandé qu'on le force à quitter l'événement. Québec 21 est toutefois allé plus loin sur la page Facebook du parti, affirmant que Mme Morin-Doyle et M. Labeaume auraient tous deux demandé l'expulsion.
Contactée par Le Soleil, Mme Wellens avait une tout autre version des faits. «Personne ne lui a demandé de quitter, c'est totalement faux.» Certes, elle est allée parler à Dominique Soucy, mais c'était pour lui demander de cesser de distribuer des pamphlets, soutient-elle.
«Il ne nous avait pas informés de sa présence, comme le font généralement les politiciens, mais je l'ai quand même invité à entrer discuter avec les gens à l'intérieur. Seulement sans distribuer de pamphlets. J'ai fait la même demande à une candidate de Démocratie Québec, plus tard, et il n'y a pas eu de problème. Aucun candidat d'Équipe Labeaume ne distribuait de pamphlets. C'est un événement familial», a assuré Brigitte Wellens, affirmant ne pas comprendre la sortie de M. Soucy. 
«Ce sont des menteries pures et simples. C'est dommage parce que l'événement a été un succès, avec plusieurs communautés culturelles réunies, et il gâche ça pour s'attirer de l'attention.»
«Nous n'avons jamais parlé de pamphlets, je les avais déjà distribués durant l'heure avant que le maire arrive», réplique Dominique Soucy, affirmant pourtant avoir un préjugé favorable pour VEQ. 
Questionné sur l'histoire en marge des célébrations des 100 ans du pont de Québec, Régis Labeaume a admis avoir croisé M. Soucy à l'école Saint-Vincent, samedi. «Je l'ai vu distribuer des dépliants et il me courait après pour que l'on prenne une photo.» Le maire a cependant fermement nié que lui ou un membre de son équipe aient demandé à ce que l'on expulse le candidat de Québec 21. «Non, non et non. Je n'ai aucune idée de quoi il parle.»