Une centaine de personnes ont participé à la cérémonie en hommage aux victimes de la tuerie de Pittsburgh à l’hôtel de ville, dimanche. Elles étaient invitées à écrire leurs condoléances et encouragements.

Tuerie à Pittsburgh: Labeaume lance un appel à l'unité [PHOTOS]

Une centaine de personnes de toutes les origines et de toutes les religions étaient réunies, dimanche après-midi, à l’hôtel de ville de Québec, pour dire non à la haine, à l’occasion de la cérémonie en hommage aux 11 morts et six blessés de la tuerie à la synagogue de Pittsburgh, le 27 octobre.

Les différents représentants des communautés religieuses et les élus ont appelé à l’unité sur un événement qui rappelle celui de la tuerie de la Grande Mosquée de Québec, le 29 janvier 2017.

«Même si 1200 km nous séparent, nous partageons leur douleur parce que nous la reconnaissons. Nous aussi avons vécu cette stupéfaction, cette colère, cette tristesse», a souligné le maire de Québec, Régis Labeaume.

Selon M. Labeaume, «il faut étouffer sans tarder les braises de la haine, de l’intolérance et de la peur de l’autre avant qu’elles ne s’enflamment». 

Organisé par la communauté juive de Québec et des citoyens de Québec, l’événement invitait la population à écrire un message d’espoir et de paix sur des bouts de papier accrochés par la suite sur des cordes attachées à deux arbres qui représentent les villes de Pittsburgh et de Québec. Les personnes présentes pouvaient également signer un livre de condoléances qui sera envoyé à Pittsburgh.

Les mots ont été accrochés à des cordes reliant deux arbres qui représentent les villes de Pittsburgh et de Québec.

Battre le racisme et la haine

Au début, le président de la Congrégation Beth Israël Ohev Sholom, David Weiser ne savait pas quelle forme donner à l’hommage, mais les messages de sympathie reçus et l’appel de Boufeldja Benabdallah du Centre culturel islamique de Québec l’ont convaincu d’organiser quelque chose qui allait réunir tout le monde autour de la volonté de vivre ensemble dans l’harmonie et le respect.

«Depuis la mosquée, il y a des liens qui se sont créés entre les gens. Donc, on s’est dit : “Faisons une commémoration pour les victimes de Pittsburgh, mais surtout donnons une occasion à la population de Québec de se réunir en solidarité pour prendre position contre le racisme et la haine.”»

Touché par cet élan de solidarité envers sa communauté, M. Weiser a été surpris de voir autant de monde à l’hôtel de ville. «Ça me fait tellement chaud au cœur. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je suis tellement fier d’être juif natif et citoyen de la Ville de Québec aujourd’hui», a-t-il confié.

La Ville de Québec compte des citoyens nés à Québec, mais aussi dans d’autres pays. Certains sont catholiques, d’autres musulmans, juifs, protestants, athées, blancs, noirs, asiatiques. Selon le maire de Québec, c’est cette diversité qui fait la force de Québec. «Le racisme, il n’y a rien de plus hideux. Décider de mépriser quelqu’un à cause de sa langue, de sa couleur, de sa religion, ça ne se peut pas. Il faut dénoncer ça, d’autant plus qu’on veut que des gens viennent travailler à Québec», a-t-il insisté.

La cérémonie a aussi été l’occasion de rappeler les liens forts entre le Canada et les États-Unis. «Les États-Unis et le Canada partagent des valeurs communes incluant la diversité, l’une des plus importantes richesses de nos pays. Nous continuerons à défendre nos valeurs et demeurerons tous unis pour dire non à la haine, non au profilage racial et religieux», a fait valoir le consul adjoint des États-Unis à Québec, Michael Agner.

Plus d’une centaine de personnes ont participé dimanche à une cérémonie multiconfessionnelle, à l’hôtel de ville de Québec, afin de rendre hommage aux victimes de la tuerie de Pittsburgh

CE QU'ILS ONT DIT...

«S’en prendre à des gens qui vont dans des lieux de culte, c’est tellement faible. Face aux actions barbares dans le monde, une nouvelle conscience humaine doit s’imposer.»

— David Weiser, président de la Congrégation Beth Israël Ohev Sholom

«Nous devons combattre la haine, nous devons combattre cette intolérance, quelle que soit sa forme.» 

— Megda Belkacemi, fille du professeur Khaled Belkacemi, l’une des six victimes de la tuerie de la Grande Mosquée de Québec

«L’heure est venue d’entrer en dialogue. Nous réalisons qu’ils sont nos consœurs et nos confrères de travail. Nous les découvrons dans leur réalité de citoyens et de bâtisseurs de la cité.»

— Pierre Lefebvre, diacre représentant du diocèse de Québec

«En janvier 2017, je voulais appeler mes amis musulmans et je n’en avais pas. Maintenant, j’en ai. On s’est rencontré à plusieurs reprises.»

— Christian Shriner, doyen de la cathédrale du diocèse anglican de Québec

Une centaine de personnes ont participé à la cérémonie en hommage aux victimes de la tuerie de Pittsburgh à l’hôtel de ville, dimanche. Elles étaient invitées à écrire leurs condoléances et encouragements.
Plus citoyens ont écrit des mots pour soutenir les victimes de la tuerie de Pittsburgh