«Chacun peut avoir son opinion. Le maire de Québec a le droit à son opinion, le maire de Lévis aussi, et nous, comme gouvernement, on prend nos décisions», a dit Laurent Lessard.

Troisième lien: Lessard rappelle qu'il aura le dernier mot

Tous peuvent bien avoir leur opinion, mais le ministre Laurent Lessard rappelle qu'il aura le dernier mot en ce qui concerne la réalisation d'un troisième lien routier entre Québec et Lévis.
Appelé à commenter une sortie du maire Régis Labeaume sur le dossier, M. Lessard a noté mardi que «c'est le ministre des Transports qui dirige le ministère des Transports». 
La veille, le maire a soutenu qu'un troisième lien ne serait peut-être pas nécessaire si un véritable réaménagement autoroutier est effectué. À son avis, la reconfiguration de la tête des ponts devrait avoir préséance sur la construction d'un nouveau lien. 
«Ça reste le même objectif, a dit M. Lessard. Chacun peut avoir son opinion. Le maire de Québec a le droit à son opinion, le maire de Lévis aussi, et nous, comme gouvernement, on prend nos décisions.»
Il faudra plus d'un geste pour décongestionner le secteur, a répété le ministre Lessard. Des actions à Lévis, mais aussi à la tête des ponts, sur l'autoroute Henri-IV, l'autoroute Laurentienne aussi, a-t-il énuméré. «Il y a plusieurs éléments là-dedans», a noté le ministre.
Le ministre espère rendre publiques cette semaine les statistiques sur les débits automobiles aux entrées et aux sorties des ponts de Québec et Pierre-Laporte, relevées à partir des caméras installées sur place. «Cette semaine, ces éléments vont être partagés, et on aura une rencontre par la suite [avec les maires]», a dit M. Lessard. 
L'automne dernier, le premier ministre Philippe Couillard a soutenu qu'il fallait trouver «une solution pour les automobilistes» qui s'ajouterait à la réalisation du service rapide par bus (SRB). «À la fin, on sait qu'il y aura une facture, a déclaré M. Couillard en septembre. Tout le monde est conscient de ça.»