Trois à six jours de cuisine de rue à ExpoCité cet été

Des camions de cuisine de rue seront réunis sur le site d'ExpoCité au moins trois fois cet été lors de rassemblements ponctuels. Ces journées-événements célébrant la bouffe se dérouleront au maximum six fois entre mai et septembre.
Ces informations sont contenues dans un appel d'intérêt lancé par la Ville de Québec. Il ne s'agit pas d'un appel d'offres pour un contrat formel, mais plutôt d'une façon de sonder l'intérêt et de voir les différents concepts possibles imaginés par les firmes qui souhaitent mettre sur pied un rassemblement de camions de cuisine de rue.
Ce coup de sonde débouchera éventuellement sur un contrat plus précis. «Ces informations serviront à la préparation des documents requis pour de futurs appels d'offres», peut-on lire dans le document publié lundi.
«On lance une ligne à l'eau, on tâte le pouls pour voir l'intérêt», a illustré la porte-parole de la Ville de Québec, Marjorie Potvin. L'administration Labeaume a mis certaines contraintes dans l'appel d'intérêt, notamment que les rassemblements de camions-restaurants se tiendront de 11h à 22h sur le stationnement 6B d'ExpoCité, soit celui devant la rue Pointe-aux-Lièvres, du côté du boulevard Hamel. 
Les travaux d'aménagement de la place Jean-Béliveau, devant le Centre Vidéotron, ne nuiront donc pas aux rassemblements.
Une autre exigence de la Ville de Québec est que l'accès au site et le stationnement soient gratuits lors de ces évènements gourmands.
«Aspect créatif»
Pour le reste - comme le nombre de camions, le type d'animation complémentaire, les aménagements et l'ambiance -, tout sera à la discrétion des organisateurs potentiels, qui ont jusqu'au 8 mars pour soumettre leurs idées. «Il y a un aspect créatif», poursuit Marjorie Potvin. Elle précise qu'il s'agit d'un projet «clé en main» où les gestionnaires devront s'assurer eux-mêmes de la rentabilité du concept.
La Ville de Québec a aussi déjà ciblé des semaines pendant l'été. Dans la liste contenue dans le document d'appel d'offres, aucune n'est prévue entre le 25 juin et le 21 juillet, soit la période de pointe pour les rassemblements en haute ville comme la Fête nationale et le Festival d'été de Québec. 
«Le but est de ne pas faire concurrence à des événements établis», précise Marjorie Potvin.
L'organisation de telles journées gourmandes ponctuelles sur le site d'ExpoCité était l'une des dix recommandations du comité sur la cuisine de rue piloté par le chef Jean Soulard, qui a remis son rapport en décembre.
Le rapport identifiait aussi dix sites où pourront se trouver des camions-restaurants pendant le projet-pilote des étés 2017 et 2018, soit la base de plein air de Sainte-Foy, le domaine Maizerets, le parc Notre-Dame-de-la-Garde, l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, le parc Cartier-Brébeuf, le parc de la Chute-Montmorency, le parc de la Plage-Jacques-Cartier, le secteur de la piscine Saint-Roch, la promenade Samuel-De Champlain et le secteur de l'Étang de la côte à Beauport. Ces lieux ont été choisis parce qu'ils ne faisaient pas concurrence aux restaurants déjà établis sur les artères commerciales et visent à combler des secteurs fréquentés, mais où l'offre alimentaire fait défaut.
Le présent appel d'intérêt pour ExpoCité ne touche toutefois par ce volet du projet-pilote. Des appels de candidature aux propriétaires de camions-restaurants seront plutôt lancés «ces prochaines semaines», précise Mme Potvin. 
Le rapport du comité sur la cuisine de rue recommandait aussi que les restaurants ayant pignon sur rue puissent offrir des plats par une fenêtre en façade de leur établissement. Jean Soulard et le maire de Québec Régis Labeaume avaient, au moment du dévoilement, en décembre, estimé que cette idée visait aussi à inclure les restaurateurs établis qui ne seraient pas dotés de camion-restaurant.