Rémy Normand invite les commerçants à profiter du développement du secteur pour se réorienter.

Travaux route de l'Église : aux commerçants de s'adapter dit Rémy Normand

La mairie de Québec n’offrira pas de compensation pécuniaire aux entreprises de la route de l’Église qui subissent d’importants travaux routiers. Elle invite plutôt les propriétaires à regarder dans leur cour, à suivre les tendances du marché en s’adaptant aux nouvelles réalités du commerce de proximité.

«La route de l’Église, c’est une artère qui avait ses difficultés aussi, qui n’a pas évolué beaucoup au cours des dernières années», évalue le vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, le conseiller municipal Rémy Normand. «Alors, il y a peut-être des questions à se poser pour chacun de ces commerces-là […] sur le futur de leur commerce.»

«Il est peut-être temps de se repositionner», poursuit l’élu de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge. «Il y a plusieurs artères qui ont compris ça.»

«Je ne veux pas laisser l’impression qu’on n’est pas sensible, qu’on n’est pas empathique à ce que ces gens-là vivent», affirme M. Normand. «Il y a un impact de travaux majeurs comme ça. Comme il y en a eu partout dans la ville pour l’ensemble des travaux qu’on a faits sur les artères commerciales. […] Je ne veux pas dire qu’ils ne vivent pas d’inconvénients et qu’il n’y a pas d’impact sur leur chiffre d’affaires.»

Au cours des derniers jours, certains commerçants ont justement dénoncé les difficultés financières imputables au chantier d’envergure. Notamment le propriétaire du resto Le Shack qui a dit vouloir lancer la serviette et mettre la clef sous la porte.

Rémy Normand prévient toutefois que la mairie ne volera pas au secours de ces entrepreneurs. «Il n’y a pas de programme d’assistance financière à la Ville pour ça actuellement. Il n’y en a jamais eu dans le passé et, par souci d’équité, on ne l’a jamais fait.»

«Une opportunité»

Le conseiller municipal invite cependant les chefs d’entreprise à profiter du développement du secteur pour se réorienter. «Ça va être une belle artère une fois qu’elle va être réalisée. Il faut voir ça comme une opportunité.» 

Entre-temps, durant les travaux, des mesures d’atténuation peuvent toutefois être mises en place. Il invite donc les plaignants à contacter la Ville. «On s’assure de maintenir le plus possible l’accès aux commerces et aux stationnements des commerces.»

Quant aux critiques de l’opposition à l’hôtel de ville, qui reproche aux élus d’Équipe Labeaume de ne pas avoir été présents quand les commerçants de la route de l’Église ont clamé leur désespoir, Rémy Normand réplique que les élus municipaux ont une grosse charge de travail et qu’ils ont le droit de prendre des vacances. «Il n’y a pas beaucoup de moments dans l’année où est-ce qu’on peut s’absenter du bureau. Alors, quand l’été arrive, les collègues veulent en profiter. C’est pour ça qu’on profite des vacances de juillet-août pour aller se reposer et se ressourcer.»

Soulignons qu’un groupe de travail se penche actuellement sur un futur programme de compensation, notamment pour les commerçants. Celui-ci sera toutefois lié aux travaux majeurs de construction du tramway. Pas pour les chantiers d’infrastructures réguliers.