Le ministre fédéral de la Famille et député de Québec Jean-Yves Duclos

Transport en commun: le fédéral accepte d’assouplir ses règles

Le ministre fédéral de la Famille et député de Québec Jean-Yves Duclos a confirmé que son gouvernement avait accepté d’assouplir ses règles en matière de financement du transport en commun afin de permettre de compléter le financement du projet de tramway de Québec.

«C’est un dossier qui aurait dû être réglé depuis plusieurs semaines. Avec le gouvernement de M. Couillard, il n’y avait pas de problème, car le gouvernement du Québec avait accepté de compléter le financement fédéral pour que le coût du tramway de Québec soit payé à 100 %. Là, le gouvernement du Québec a d’autres priorités, semble-t-il», a déclaré M. Duclos en marge de la journée d’accueil des nouveaux arrivants au Centre Vidéotron.  «Mais oui, c’est vrai que le gouvernement fédéral a accepté d’assouplir ses règles de financement», a-t-il ajouté.

Les règles de financement actuelles dictaient que les 5,2 milliards dévolus au Québec dans le fonds fédéral du transport en commun devaient être séparés à 30 % selon la population de la ville  et à 70 %  selon l’achalandage de leur système de transport en commun, une façon de faire qui favorisait largement Montréal avec ses 4 millions d’habitants et son métro très achalandé. 

Ainsi, la Métropole aurait eu droit à la part du lion de l’enveloppe alors que Québec aurait reçu moins d’un demi-milliard $ pour son projet de transport structurant évalué à 3 milliards $ dans lequel le gouvernement provincial a déjà accepté d’injecter 1,8 milliard $.

L’ouverture du gouvernement fédéral laisse cependant voir la lumière au bout du tunnel pour le projet de Québec. «C’est un projet qui est important pour les familles, pour l’environnement, pour réduire la congestion sur les routes. Nous sommes en appui dans ce projet, mais, je le répète, ce dossier aurait dû être réglé bien avant. La Ville de Québec a un projet et nous avons le plus grand programme d’infrastructures de transport collectif de l’histoire du pays, alors avec les efforts qu’on met, l’objectif est de régler ce dossier», a déclaré M. Duclos.

Rémy Normand ne sait rien

Participant lui aussi à la journée d’accueil des nouveaux arrivants, le conseiller municipal et président du Réseau de transport de la capitale Rémy Normand a échangé quelques mots avec Jean-Yves Duclos, mais jure qu’il ne sait rien de l’avancement des discussions entre le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial sur le partage de l’enveloppe dédiée au transport en commun. «Qu’ils se parlent, je vois ça de façon très positive», a-t-il déclaré. «Ça appartient aux gouvernements supérieurs de trouver une solution. Nous, on ne veut pas passer pour ceux qui vont aller enlever de l’argent aux autres», a-t-il conclu.

Plus tôt cette année, le gouvernement fédéral avait suggéré au gouvernement provincial d’aller chercher les 800 millions $ manquants dans le fonds fédéral pour les infrastructures vertes, une option qui avait été rejetée du revers de la main par le gouvernement caquiste.