Transition Québec critique le démantèlement du grand projet de Régis Labeaume.
Transition Québec critique le démantèlement du grand projet de Régis Labeaume.

Transition Québec dénonce l’abandon du trambus dans le projet de réseau structurant

Les changements au projet de Réseau structurant font encore des vagues. Transition Québec lance une pétition pour empêcher l’abandon du trambus.

Le parti critique le démantèlement du grand projet de Régis Labeaume. Les plans semblent avoir laissé tomber le trambus et les remontées mécaniques. 

«Alors que la pandémie devait nous plonger dans un mode de vie en accord avec le développement durable ce qui sous-entend, moins de congestion automobile, plus de transports actifs, une meilleure qualité de l’air, l’annonce de l’abandon des trambus et la création pure et simple d’une nouvelle banlieue sur le passage du tramway dans le secteur Chaudière viennent nous plonger plutôt dans un retour dans le passé», indique Jackie Smith, cheffe de Transition Québec.

Le parti lance donc une pétition «Non à l’abandon du trambus» sur son site Internet. 

Transition Québec juge que le projet privera les citoyens de Saint-Sauveur de services de transport en commun appropriés. La majorité des gens du quartier se promène en autobus, à vélo ou à pied.

«Ceux-ci s’attendaient à bénéficier d’une fréquence et d’une rapidité que les métrobus ne peuvent leur offrir.»

Transition Québec critique par le fait même le retrait des montées mécaniques, reliant la Basse et la Haute-Ville. Le parti estime que le projet doit naître comme il l’a été présenté aux citoyens au départ. 

«La disparition de ces remontées mécaniques va compromettre les bienfaits pour les transports actifs à pied ou en vélo pour une grande majorité des gens des quartiers centraux. Les besoins de mobilité durable de la population doivent être comblés, car la formule tout-à-l’auto nous dirige droit dans un mur avec un trafic incessant, des émissions de gaz à effet de serre, des élargissements d’autoroutes, de l’étalement urbain», ajoute-t-on dans un communiqué.

Les limitations économiques ne devraient pas privé le projet de Réseau structurant de ses atouts, explique aussi Transition Québec.