Illustration du futur tramway de Québec
Illustration du futur tramway de Québec

Tramway: trois consortiums montrent leur intérêt

La Ville de Québec a reçu trois avis d’intérêt de consortiums prêts à déposer une soumission pour la conception et la construction du tramway. Une «bonne surprise» aux yeux de Régis Labeaume.

L’ouverture des candidatures faites lundi après-midi marquait la fin de l’appel de qualification lancé en février. Les consortiums intéressés sont ModerniCité, Group Tram du Lys et Mobilité de la Capitale. La ville ne dévoile pas les entreprises membres de chacun des consortiums pour que le processus d’approvisionnement soit le plus «étanche possible». Les consortiums sont formés de grandes firmes d’ingénierie et de construction civile et de grands fabricants de véhicules. 

Pour la Ville, la prochaine étape consiste à analyser les dossiers afin de qualifier celui ou ceux qui recevront une invitation à participer à l’appel de proposition d’ici la fin de l’été 2020.

«Au cours de la prochaine année, ces consortiums développeront la conception du projet, puis ils déposeront une proposition technique et une proposition financière. La Ville sélectionnera ensuite, en deuxième moitié de 2021, le consortium retenu pour la conception détaillée et la construction du tramway», explique-t-on par voie de communiqué.

Du crédit pour le travail fait

Plus tard, le maire de Québec a réagi positivement à cette nouvelle. «On voulait qu’il y en ait deux pour de la compétition. La bonne surprise c’est qu’il y en a trois. C’est pour nous un bel accomplissement de savoir que ces gens veulent soumissionner pour bâtir ce réseau-là. Ça donne beaucoup de crédit au travail du Bureau de projet et ça veut dire qu’en termes technique et financier, c’est un excellent projet. Sinon personne n’aurait été intéressé à soumissionner», s’est réjoui Régis Labeaume.

Le projet de Réseau structurant de transport en commun s’élève à 3,3 milliards $. Le gouvernement du Canada injecte 1,2 milliard $, celui du Québec, 1,8 milliard $ et la Ville contribue pour 300 millions $.

Pas de commentaire

Le 29 juin, la Ville annonçait le remplacement des trambus par des Métrobus dans l’axe d’Estimauville—Université Laval, devenu nécessaire pour récupérer 700 millions $. La somme servira au tracé du tramway dont le coût de construction projeté est plus élevé que prévu.

On apprenait lundi que le ministère des Transports avait commandé une nouvelle étude d’achalandage pour évaluer les impacts des modifications faites au projet de tramway et de la construction d’un éventuel tunnel Québec-Lévis.

Reste maintenant à voir si la Ville pourra ouvrir les soumissions à l’été 2021 plutôt qu’en février 2022 selon l’échéancier accéléré que le maire souhaite faire accepter par le gouvernement du Québec.

Mardi, le maire a refusé de commenter la situation. «On en reparlera», a-t-il fait savoir en marge d’un point de presse auquel participait aussi le ministre délégué à la transformation numérique gouvernementale, Éric Caire. Les deux hommes avaient convenu de taire le sujet avant leur arrivée devant les journalistes.

Décision très «spéciale»

Le maire est revenu sur la décision du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement de rendre public le dossier d’affaires du projet de travail. La Ville a déjà confirmé qu’elle ne s’y opposait pas. N’empêche, M. Labeaume «trouve ça très spécial».

«Le problème potentiel est que le dossier d’affaires comprend beaucoup de détails financiers comme l’établissement des coûts de plusieurs items financiers et notre stratégie de négociations. En termes de pouvoir de négociations, c’est embêtant quand tous les coûts sont connus et la stratégie financière dévoilée. Moi, je n’ai jamais vu ça», a-t-il soutenu.