Hormis l’implantation d’un réseau de transport structurant dans la capitale, la réalisation de la phase 4 de la promenade Samuel-De Champlain fait partie des dossiers prioritaires du maire Régis Labeaume. La phase 3 du projet a été présentée le 28 mai dernier.

Tramway: profession de foi électorale demandée

L’incontournable tramway refait surface dans la campagne électorale provinciale. Cette fois, c’est le maire de Québec qui le met à l’ordre du jour, en demandant à chaque candidat de la région de Québec de faire «une profession de foi» envers le projet de 3 milliards $.

Cette requête fait partie de la liste d’épicerie présentée lundi par Régis Labeaume. «Trop fort, ne casse pas. On veut l’unanimité», insiste-t-il, question que les candidats soient au même diapason que leur chef. Chacun a déjà indiqué être pour l’implantation d’un réseau de transport structurant dans la capitale.

Le maire a abordé du bout des lèvres le sujet de la construction d’un troisième lien. «Notre position est connue. Nous voulons la confirmation qu’il y a un gain net pour les citoyens de Québec», a-t-il déclaré, tout en soulignant que «la population n’a pas à choisir entre le transport en commun et l’amélioration du réseau routier». 

M. Labeaume a aussi été très discret sur la position de son ancien bras droit, le candidat caquiste Jonatan Julien, qui milite pour l’implantation d’un troisième lien dans l’est dans un premier mandat de la Coalition avenir Québec. Il s’est contenté de dire qu’il était «surpris».

Toujours dans le domaine des transports, il a également abordé le chaud dossier du pont de Québec. «Nous voulons l’assurance que chaque parti va talonner le fédéral pour l’obliger à assumer ses responsabilités et préserver la structure.» De l’avis du maire, le gouvernement Trudeau n’a pas livré la marchandise dans ce dossier.

Aspect délicat, il n’a pas voulu dire s’il remettait en cause la sécurité pour les usagers, mais reconnait l’importance d’une intervention rapide. «On veut de la peinture. Il faut l’entretenir maintenant. Plus on attend, pire c’est. Mon père était mécanicien et il a toujours dit : “Du fer, ça rouille.”»

Promenade et patrimoine

Maintenant que la phase 3 de la promenade Samuel-De Champlain est en branle, l’administration Labeaume veut que se réalise la quatrième et ultime phase du projet de lien cyclable et pédestre de 42 kilomètres de rivage entre le pont de Québec et celui de l’île d’Orléans. 

«Les gens de Beauport doivent profiter de la phase 4», lance-t-il. Le concept vise à aménager le lien le long du fleuve. L’élu municipal souhaite que cette dernière phase débute en 2022 à la fin de la phase 3 prévue en 2021. 

Régis Labeaume rappelle que le patrimoine procure chaque année 380 millions $ en retombées touristiques à la Ville de Québec. Dans cette perspective, il demande aux partis de donner à la Commission de la Capitale-Nationale du Québec les moyens de remettre en état deux sites qu’il juge «manquer d’amour». 

Les Nouvelles-Casernes font déjà l’objet de rénovations urgentes de 20 millions $ pour stabiliser la structure, mais il faudra encore plusieurs millions pour définir une vocation à ce bien culturel classé. La Ville demande aussi des fonds pour la réfection de la grange de pierre du Domaine Maizerets. 

Enfin, le maire chérit toujours le projet conjoint avec le séminaire de Québec de création d’une Maison des sciences et d’un lieu d’exposition pour les artéfacts de la Ville. À ce sujet, il avance que deux mécènes pourraient verser jusqu’à 10 millions $ pour la réalisation de ce projet dont le coût total n’est pas évalué.

Enfin, le transfert aux municipalités d’un point de pourcentage de la TVQ fait toujours partie de ses revendications dans le contexte où les revenus des municipalités plafonnent alors que leurs responsabilités augmentent. «On aimerait aussi entendre les formations politiques à ce sujet», conclut-il.