Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
 «On n’a jamais bloqué des changements qui avaient du bon sens. Ce n’est pas vrai.»
 «On n’a jamais bloqué des changements qui avaient du bon sens. Ce n’est pas vrai.»

Tramway: «Nous sommes flexibles», soutient Labeaume

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le maire de Québec rejette l’accusation du premier ministre François Legault selon laquelle il manque d’ouverture dans le cadre des pourparlers pour finaliser le tracé du tramway.

«On n’a jamais bloqué des changements qui avaient du bon sens. Ce n’est pas vrai.» Régis Labeaume a accepté de faire cette courte déclaration vendredi en marge d’un point de presse sur le logement social.

«On va revenir là-dessus. Dans tout ça, depuis des mois, nous sommes flexibles. On n’a jamais bloqué des propositions de changements», a-t-il ajouté succinctement. Il dit vouloir réserver ses commentaires détaillés pour plus tard.

Jeudi, le premier ministre Legault a confirmé que son gouvernement présentera un projet de tramway «bonifié» et «intégré» à la construction d’un tunnel Québec-Lévis. Il a expliqué cette décision  par le manque d’ouverture du maire Labeaume pour finaliser le tracé du tramway, empêchant du coup son gouvernement de présenter sa promesse phare d’un troisième lien entre les deux rives.

«Régis Labeaume n’est pas ouvert. On va travailler un projet, qui selon nous, répond mieux aux banlieues de Québec […] C’est sur que M. Labeaume n’est pas ouvert à des changements. Moi j’ai confiance qu’il va finir par être ouvert à des changements pour mieux desservir les banlieues», avait insisté le PM.

Le jour même, on apprenait que la Ville avait fait une proposition en décembre au ministère des Transports. Cette proposition a été rejetée par la CAQ, qui l’a jugeait insuffisante, toujours dans l’optique de mieux desservir les banlieues, répètent sans cesse les élus caquistes. À ce jour, on ne sait toujours pas ce que le gouvernement du Québec souhaite concrètement comme modifications au tracé pour répondre à ses attentes.