Catherine Dorion de Québec solidaire, Sébastien Proulx du Parti libéral du Québec et Pascal Bérubé du Parti québécois feront front commun en faveur du projet de transport structurant lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale mercredi.

Tramway: l’opposition fait monter la pression

Craignant que le gouvernement caquiste ne réalise pas en entier le projet de tramway à Québec, les partis d’opposition font monter la pression d’un cran.

Catherine Dorion de Québec solidaire, Sébastien Proulx du Parti libéral du Québec et Pascal Bérubé du Parti québécois feront front commun en faveur du projet de transport structurant lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale mercredi.

Des personnalités de Québec qui tiennent au projet les accompagneront : Pierre Dolbec de la Corporation des parcs industriels, Alexandre Turgeon du Conseil régional de l’environnement, Karine Verreault du Regroupement des organismes communautaires, de même que plusieurs représentants étudiants de l’Université Laval. 

À la période des questions mardi, Sébastien Proulx a réclamé que cesse la chicane avec le gouvernement fédéral. «Ce que fait le premier ministre en choisissant la bataille avec Ottawa, c’est de prendre le risque de perdre. Et aujourd’hui, le premier ministre a perdu toutes ses batailles avec le fédéral.»

Catherine Dorion a martelé que l’argent du gouvernement fédéral était disponible, mais que la Coalition avenir Québec (CAQ) ne voulait pas l’utiliser. «Pourquoi se garder de l’argent fédéral pour des projets pas prêts, quand il y en a un qui était sur les rails, qui est vital pour Québec?»

À cela, le président du Conseil du Trésor Christian Dubé réplique que les municipalités ont plusieurs projets qui attendent d’être financés par le fonds des infrastructures vertes. «Ce n’est pas qu’il n’y en a pas de projets, on en a plusieurs, même plus que pour 800 millions $», a-t-il soutenu. Son attachée de presse n’a toutefois pas été en mesure de fournir au Soleil la liste de ces projets. 

Après avoir évoqué un «plan B» pour le tramway la semaine dernière, le premier ministre François Legault a quant à lui cherché à se faire rassurant. «C’est mon souhait le plus cher, c’est mon plan A», que le tramway se réalise en entier. 

Il refuse toutefois de piger les 800 millions $ manquants dans le fonds des infrastructures vertes, parce que ça voudrait dire que la Ville de Québec accaparerait 44 % du fonds, alors qu’elle représente environ 10 % de la population du Québec. Le gouvernement de la CAQ veut plutôt aller chercher l’argent dans l’enveloppe fédérale dédiée au transport en commun, mais les critères d’achalandage l’en empêchent. «À sa face même, le fédéral devrait comprendre que c’est totalement injuste pour les autres municipalités du Québec», croit M. Legault.