Le Parti libéral du Québec et Québec solidaire se sont ralliés, mercredi, pour demander à Ottawa de remettre à Québec l’argent promis pour le tramway, tandis que le Parti québécois a préféré faire front commun avec le gouvernement caquiste de François Legault pour réclamer la même chose.

Tramway: Legault refuse de «baisser les bras» devant Ottawa

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire (QS) demandent au gouvernement Legault d’arrêter le «niaisage» dans le dossier du tramway de Québec et de le financer avec l’argent fédéral qui est déjà sur la table, tandis que le Parti québécois (PQ) se range du côté du premier ministre, qui refuse de «baisser les bras» devant Ottawa.

Le front commun de l’opposition s’est effrité mercredi matin dans le dossier du transport structurant de Québec. Le PQ s’est retiré à la dernière minute d’une conférence de presse conjointe avec le PLQ et QS, parce que son chef Pascal Bérubé n’a pas voulu adopter une position de «reddition» face au gouvernement fédéral.

«Je préfère faire front commun avec le gouvernement du Québec pour aller chercher l’argent pour Québec, pour Montréal, pour les régions», a soutenu M. Bérubé, qui croit que «le Canada doit passer à la caisse». 

Le premier ministre François Legault s’est montré ravi qu’il y ait au moins un parti «qui se tient debout avec nous». «J’ai l’intention de continuer à me battre pour que le gouvernement fédéral finance sa part», a-t-il lancé. 

Tapis rouge

Pour la députée solidaire de Taschereau Catherine Dorion, la question n’est pas là. Dans une vidéo publiée sur les médias sociaux, elle interpelle directement le premier ministre François Legault. «T’es en train de dérouler le tapis rouge pour les conservateurs d’Ottawa. Tu le sais qu’ils tripent pas sur le projet de tramway et que s’ils pouvaient mettent l’argent du tramway sur le troisième lien, ils seraient bien contents et toi aussi.»   

Le PLQ abonde dans le même sens. «Pourquoi est-ce aussi compliqué dans le dossier du réseau du transport structurant et si simple dans le dossier du troisième lien?» a lancé son chef Pierre Arcand. 

Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, a participé à la conférence de presse du PLQ et de QS, avant de préciser aux journalistes quelques minutes plus tard qu’il est finalement plus confortable avec l’idée du PQ, soit qu’il faut faire pression sur Ottawa pour obtenir plus d’argent pour tous les projets de transport en commun au Québec. 

L’enjeu du réseau de transport structurant a monopolisé plusieurs échanges en chambre mercredi. Le président du Conseil du Trésor Christian Dubé a appelé les députés à se serrer les coudes face à Ottawa et au lieu d’accuser la Coalition avenir Québec (CAQ). «La division qui s’installe entre nos quatre partis sur ce dossier-là, c’est exactement ce que le fédéral veut, à quelques mois des élections», dit-il. 

Textos du maire

M. Dubé espère que les parlementaires québécois fassent le «cadeau» de s’entendre au maire de Québec Régis Labeaume pour son retour en politique active, lui qui est présentement en congé forcé pour soigner un cancer. «Il envoie des textos. Il doit se reposer, mais il triche un peu», a lancé M. Dubé à propos du maire Labeaume. Le député de Jean-Talon Sébastien Proulx, qui a fait débloquer le projet l’an dernier lorsqu’il était ministre responsable de la Capitale-Nationale, a vanté ses mérites. Son collègue Gaétan Barrette croit que la CAQ, qui «nage dans les surplus», a tous les moyens à sa disposition pour le réaliser. 

En fin de journée, Catherine Dorion s’est défendue d’avoir baissé les bras face à Ottawa, en soutenant que son parti réclame aussi plus d’autonomie québécoise dans la gestion des différents fonds. Elle doute toutefois de la stratégie de la CAQ à l’heure actuelle. «Pourquoi vous avez décidé de prendre en otage ce projet-là?»

+

CACHEZ CE POT MASON

Compliqué le financement du tramway à Québec? La députée Catherine Dorion croit que la population est «mêlée» et a choisi d’expliquer l’enjeu à l’aide de pots Mason dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux mardi. 

Une idée qui a plu au président du Conseil du Trésor Christian Dubé, qui a décidé de s’en servir lui aussi lors d’un débat en chambre mercredi. M. Dubé a sorti de sous son pupitre un pot Mason décoré d’un drapeau du Canada avec des billets verts à l’intérieur. Ce pot était recouvert d’un couvercle portant le logo du Parti libéral du Québec. «Vous avez raison, l’argent est là, mais on n’est pas capables d’ouvrir le pot. Il y a un couvercle qui a été scellé par le Parti libéral», a-t-il lancé. M. Dubé a tenté de faire valoir que son gouvernement était «prisonnier du bocal» pour financer le transport en commun au Québec. 

Il a toutefois dû cacher son pot Mason après avoir été averti par la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Chantal Soucy, que les règles parlementaires ne permettent pas de montrer un tel objet.