Le projet annoncé par le golf de Cap-Rouge crée beaucoup de vagues.
Le projet annoncé par le golf de Cap-Rouge crée beaucoup de vagues.

Tours à condos à Cap-Rouge: l’acceptabilité sociale n’est pas gagnée

Le comité de citoyens contre la construction d’une tour à condos de 13 étages sur le terrain de golf de Cap-Rouge dévoile un sondage selon lequel 90 % des répondants désapprouvent le projet.

Le sondage a été réalisé du 2 au 10 mars auprès de 196 personnes dont la majorité vit sur le pourtour du terrain de golf. Selon le coup de sonde, près de 90 % des répondants sont «opposés au projet actuel, en plus d’être solidaires au comité citoyen, légitimant ainsi la démarche en cours», mentionne le comité par voie de communiqué.

Aussi, seulement 15 % des répondants croient que la servitude de conservation proposée garantira la préservation des espaces verts à long terme. 

Le projet annoncé par le golf crée beaucoup de vagues. Selon ses administrateurs, il permet la survie financière du club, miné par la baisse du nombre de membres. Sans la vente d’une parcelle de terrains à un promoteur immobilier, le golf est voué à la faillite. À long terme, le club sera vendu trou par trou pour en faire un immense ensemble résidentiel, a déjà avancé au Soleil le président du club, Jean-F. Keable. 

Pour le comité de citoyens, la construction de l’édifice «soulève plusieurs enjeux au coeur d’un quartier résidentiel de faible densité dont la totalité des résidences a seulement d’un à deux étages». 

Parmi les impacts négatifs, ils craignent «une perte d’ensoleillement pour certains résidents, la diminution de la valeur marchande des propriétés avoisinantes, l’impact sur la qualité de vie, par exemple l’augmentation marquée de la circulation automobile dans un quartier tranquille, ainsi que la perte d’intimité des résidences limitrophes au projet».

Devant ce tollé qui dure depuis l’hiver, la Ville de Québec a annoncé une démarche de participation publique en amont du processus réglementaire pour entendre les parties au dossier et s’assurer de l’acceptabilité sociale du projet. En effet, la Ville doit adopter un changement de zonage pour permettre sa réalisation.