La traditionnelle grande roue sera de retour cette année encore.

Toboggan, un nouveau «festival d’hiver» pour le Nouvel An à Québec [VIDÉO]

Après s’être éclatée pendant la belle saison durant plus de 50 ans, l’équipe du Festival d’été de Québec (FEQ) et de 3E mord dans l’hiver avec Toboggan, une nouvelle série de spectacles extérieurs qui animera les dernières soirées de 2019 à la place George-V. Au menu : trois concerts électro ou hip-hop accessibles en billetterie et des célébrations offertes gratuitement le 31 décembre, sous les bons soins du duo canadien Loud Luxury, qu’on a pu voir sur les plaines en juillet dernier.

Le directeur de la programmation de 3E et du FEQ, Louis Bellavance, reconnaît sans hésiter qu’il a pigé dans sa liste de contacts estivaux pour boucler cette grille de quatre jours destinée aux artistes et spectateurs peu frileux. 

«Avec la contrainte de l’hiver avec des artistes internationaux top niveau, c’est sûr qu’il fallait qu’on aille travailler avec des gens qu’on connaît pour avoir un seuil de confiance de ces artistes-là et de leurs équipes, explique-t-il. On n’a pas beaucoup de choses à montrer pour l’instant. Il y a des photos des événements antérieurs, mais ce n’était pas de la façon dont on va le faire nécessairement.»

Après le coup de cœur mutuel vécu l’été dernier avec le duo électro Loud Luxury, le choix s’est imposé pour la tête d’affiche de la soirée gratuite du 31 décembre, qui donnera lieu, promet-on, à une offre pyrotechnique bonifiée afin d’accueillir 2020 en bonne et due forme. Les Ontariens d’origine seront précédés sur la scène de la place George-V par la rappeuse Haviah Mighty, qui était aussi de la programmation du dernier FEQ. 

À ceux qui préfèrent encore fêter le Nouvel An au son des rigodons, une deuxième scène sera installée à la place de l’Assemblée-Nationale. La Famille Painchaud et Les Tireux D’Roches swingueront les planches dès 20h30. 

Contemporain et jeune

Louis Bellavance ne renie pas l’expression «festival d’hiver» quand vient le temps de parler de Toboggan et de l’offre de ses trois premières soirées, accessibles grâce à un laissez-passer transférable — à l’instar de celui du FEQ — et vendu au coût de 60 $. «On peut parler d’un festival urbain, contemporain, jeune», confirme le programmateur.

«On a identifié que la clientèle qui est la plus susceptible d’être emballée par une programmation hivernale dans ces conditions-là, c’était le fameux 18-34 ans», explique-t-il.

Pour le 28 décembre, l’équipe de 3E s’est tournée vers le DJ Zedd, collaborateur des Lady Gaga, Ariana Grande, Selena Gomez ou Justin Bieber et que les festivaliers ont pu voir à l’œuvre avant Skrillex à la première soirée électro-FEQ sur les plaines d’Abraham en 2012. 

Le lendemain, le duo électro DVBBS reprendra du service pour une autre soirée dansante, après avoir ouvert pour LMFAO en 2012, puis pour Flume en 2017 au FEQ. Le DJ québécois Domeno lui ouvrira la marche dès 20h30. 

L’avant-veille du Jour de l’An se déclinera finalement dans un créneau hip-hop, sous les bons soins de l’Américain ScHoolboy Q (un collaborateur de Kendrick Lamar) et du Québécois Lary Kidd, qui chauffera les planches pour lui. 

«Dans le cas de ScHoobly Q, ç’a été extrêmement difficile de finaliser cette entente-là, note M. Bellavance. Lui ne connaît pas notre hiver, il vit en Californie. Ça va être une expérience, mais on a promis qu’on allait livrer une production impeccable fidèle à nos standards et une scène chaude… ou au moins tiède pour lui et ses musiciens!»

3E a bénéficié d’un budget de programmation de 750 000 $ pour l’organisation de ce premier festival Toboggan. Un lot de 15 000 laissez-passer ont été mis en vente au tobogganfestival.com au coût de 60 $ (plus taxes et frais de services). 

Comptant sur une grande roue, un carrousel, des bars et des espaces de restauration, de l’animation est prévue dans le secteur du parc de la Francophonie à compter du 28 décembre à 13h.

+

«UNE AUBAINE», SELON RÉGIS LABEAUME

Le maire Régis Labeaume a joué au DJ aux côtés des directeurs du Festival d'été et de 3E, Anne Hudon et Louis Bellavance, ainsi que du DJ Max E lors du lancement du nouveau festival Toboggan.

Régis Labeaume, l’a reconnu sans détour en point de presse : outre ceux des artistes traditionnels, il ne connaît aucun des noms de la programmation du premier festival Toboggan. «Je ne pense pas être la clientèle cible», a observé le maire de Québec, qui, après les succès passés des célébrations du 31 décembre, a cru bon de miser davantage sur l’événement. 

«Ce n’est pas de donner un coup de barre, c’est de rendre [la semaine] plus attrayante, précise-t-il. Le 31 décembre, ça marche depuis des années. Ce n’est pas d’hier qu’on parle de rallonger les festivités. Mais il fallait le faire avec les bons moyens. Je ne pense pas qu’on peut attirer du monde pendant trois soirs additionnels à -20oC avec des artistes moyens.»

À ceux qui rechigneraient devant les 60 $ demandés pour participer à l’événement, le maire répond que «Le 31 est toujours gratuit.» 

«C’est une offre additionnelle, une offre spécialisée, ajoute-t-il. Il faut que tu payes un peu. Mais 20 $ par soir, c’est une aubaine extraordinaire.»