L’ancienne Commission scolaire de Montréal aurait choisi de faire appel à un laboratoire externe, ce qui lui aurait permis de progresser plus rapidement.

Tests de plomb dans l’eau des écoles: Montréal avant Québec

À Montréal, le réseau scolaire a entrepris les tests de plomb dans l’eau des écoles dès l’automne dernier et des données inquiétantes ont été rendues publiques. Dans les autres territoires, dont Québec, la livraison de l’équipement d’analyse aux anciennes commissions scolaires vient d’être complétée, mais la formation du personnel suivra. Il faudra donc attendre encore pour des résultats.

Au cours d’un premier entretien avec Le Soleil, le porte-parole du ministère de l’Éducation nous avait indiqué que le gouvernement avait privilégié la région montréalaise. Bryan Saint-Louis supputait que ce choix était justifié parce que les écoles y seraient plus vieilles. Le risque de trouver du plomb dans leurs abreuvoirs serait donc plus élevé. 

Plus tard, jeudi, Bryan Saint-Louis s’est quelque peu ravisé dans une déclaration officielle transmise au Soleil par courriel. Mont­réal n’aurait pas eu de traitement de faveur : «Mon impression était fausse» .

Pourquoi alors, dans la métropole, des résultats viennent-ils de percoler dans l’espace public? La Presse a révélé des données récentes inquiétantes : à Mont­réal, la majorité des écoles où l’eau a été scrutée jusqu’à maintenant ont dû condamner des fontaines ou interdire de s’abreuver à certains robinets. La plus récente manchette révèle un taux 148 fois supérieur à la norme acceptée de 5 microgrammes de plomb par litre (5 µg/l).

Comment Montréal a-t-elle pu faire plus vite que les autres? Dans son courriel, Bryan Saint-Louis explique que les ex-commissions scolaires avaient le choix d’attendre les appareils fournis par le gouvernement ou d’embaucher des firmes privées pour scruter leur eau. L’ancienne Commission scolaire de Montréal aurait choisi de faire appel à un laboratoire externe, ce qui lui aurait permis de progresser plus rapidement.

À Québec, comme dans les autres régions, la distribution de l’équipement est cependant complétée. «L’ensemble des appareils a été livré par le fournisseur aux commissions scolaires ainsi qu’à la fédération des écoles privées» , soutient M. Saint-Louis. «Les formations auront lieu la semaine prochaine.» 

L’eau bue par les enfants sera donc étudiée ultérieurement.

À LIRE AUSSI: Du plomb dans l'eau des écoles de Québec 

Contamination

Il est acquis que l’eau de certaines écoles de Québec contient du plomb. Début octobre, un reportage du Soleil avait révélé que la Ville avait mesuré des concentrations de 4 à 7  fois la norme de 5 µg/l dans des établissements de l’ex-Commission scolaire de la capitale. 

Dans un autre article, nous évoquions la présence de plomb aussi dans l’ex-Commission scolaire des Découvreurs, du moins à l’école secondaire De Rochebelle.

Le lendemain de la publication d’articles traitant de la présence de plomb dans l’eau des écoles de Québec par Le Soleil, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé que toutes les écoles du Québec devront traquer le plomb, un contaminant pouvant notamment ralentir le développement intellectuel des enfants.

Le jour de cette l’annonce, La Presse avait aussi fait état de la contamination de l’eau de certaines écoles montréalaises.

Peu après, Le Soleil indiquait que les garderies seront soumises aux mêmes exigences.

La procédure transmise aux écoles stipule : «Pour les écoles primaires, les tests devront être complétés et les correctifs à apporter devront être identifiés et amorcés pour le 23 juin 2020. Pour les autres établissements, les tests devront être complétés et les correctifs à apporter devront être identifiés pour le 1er novembre 2020.» 

«Les commissions scolaires et les écoles privées ont la responsabilité de communiquer les résultats des analyses aux parents. De plus, l’information sera rendue publique par le Ministère à partir de l’hiver 2020. Si une concentration de plomb dépassant la norme exigée est relevée, la commission scolaire ou la direction d’école a la responsabilité d’en informer les parents.» 

À LIRE AUSSI: Plomb dans l’eau: le ministre de l’Éducation ordonne une vérification dans toutes les écoles

Plomb dans l’eau: Québec exige un test dans toutes les garderies

Plomb dans l’eau: des affiches au-dessus des abreuvoirs des écoles