Près de 200 citoyens et représentants de groupes environnementaux ont marché autour des terres des Soeurs de la Charité, samedi, en opposition au dézonage nécessaire au projet immobilier du Groupe Dallaire.

Terres des Soeurs de la Charité: le maire soutient le Groupe Dallaire

Au lendemain de la marche regroupant quelque 200 citoyens et représentants de groupes environnementaux s'opposant au développement immobilier des terres des Soeurs de la Charité, Régis Labeaume a réitéré son soutien au projet du Groupe Dallaire, dimanche.
«Ce qui est pensé, c'est vraiment un projet révolutionnaire. Alors si on veut parler d'agriculture urbaine, on va en parler bien en masse», a lancé le maire en marge de l'inauguration de la place des Canotiers.
Accusée par la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, d'avoir déjà décidé du sort des terres agricoles avant même les consultations publiques prévues en août, l'administration Labeaume affirme avoir mis cartes sur table il y a longtemps. «Ça fait des années que ces terrains-là sont dans le plan d'aménagement parce que l'on veut mettre fin à l'étalement urbain», a pointé la vice-présidente du comité exécutif de la Ville, Julie Lemieux. «Il y a beaucoup de familles qui s'en vont à l'extérieur de Québec parce qu'elles ne trouvent pas nécessairement de maison avec un terrain. Ces terrains-là, on pense que s'ils sont bien aménagés, ils peuvent attirer ces familles.»
La conseillère municipale assure vouloir faire un projet «exemplaire». «Sauf qu'en consultation, les gens vont nous dire ce qu'ils en pensent et on verra par la suite.»