Taxi Coop vend des terrains à Québec

En proie à des difficultés financières, la plus grande coopérative de taxis de Québec, Taxi Coop, doit vendre quatre terrains pour dégager des liquidités.

Les membres ont pris cette décision lors d’une assemblée générale exceptionnelle tenue mercredi. Par voie de communiqué, le directeur général Martin Noël soutient que «cette action était devenue nécessaire pour permettre le bon fonctionnement» de Taxi Coop. 

«Ce sont des terrains qui servaient autrefois de postes d’attente pour les chauffeurs et les voitures, avant la répartition par radio. À l’époque, les travailleurs s’y réunissaient pour jouer aux cartes, près du téléphone, en attendant qu’il sonne. Ces terrains avaient été conservés pour leurs gains significatifs de valeur, il était maintenant temps de s’en départir et d’encaisser les gains», explique-t-il.

La valeur des terrains totalise 930 000 $ au dernier rôle d’évaluation municipale. Ils sont situés sur les rues De La Ronde, de Verdun et Raymond-Casgrain et sur l’avenue des Peupliers Est. Selon M. Noël, la vente n’affectera pas les opérations courantes de la coopérative. 

Taxi Coop conserve le terrain de son siège social de la 2e Avenue.

La coopérative attribue son manque de liquidité principalement à l’arrivée d’Uber et «aux conséquences d’un marché inéquitable créé par le gouvernement de Philippe Couillard.» Elle a vu ses revenus diminués en plus de devoir investir de sa poche 500 000 $ pour développer une application mobile. L’attaque informatique dont elle a été victime l’an passé a accentué la crise.

La vente des terrains limite à 500 $ la cotisation supplémentaire demandée aux 326 membres pour pallier les difficultés financières. «L’avenir de Taxi Coop 525-5191 n’est compromis d’absolument aucune façon. Il s’agit simplement d’un ajustement, pour assurer une bonne gestion, pour continuer à miser sur le service à la clientèle et pour poursuivre la lutte à l’iniquité, si nécessaire», conclut M. Noël.