Conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures

Taxes à Saint-Augustin: «Pitoyable supplication de Juneau», disent les conseillers

La demande du maire de Saint-Augustin de payer les taxes le plus tôt possible est une «pitoyable supplication», estiment les cinq conseillers opposés à Sylvain Juneau.
Les élus issus de l'ancienne administration de Marcel Corriveau ont publié un message cinglant sur leur blogue jeudi matin.
«Par cette incroyable complainte, Sylvain Juneau tente, encore une fois, d'attirer l'attention sur un faux problème», écrivent-ils en réaction à la demande du maire. Une façon, accusent-ils de «faire oublier son incompétence» en contant des «histoires de peur».
Mercredi, Sylvain Juneau a fait un «appel à l'aide» à ses citoyens pour qu'ils payent leur facture de taxes avant le 1er mars, même si la date limite sera le 20 mars.
Le maire a fait cette demande, car, dit-il, la municipalité n'aura pas les liquidités pour rembourser 12 millions $ de factures d'agglomération qui, elles, sont dues pour le 1er mars.
Les comptes de taxes de Saint-Augustin seront envoyés avec trois semaines de retard en raison de changements apportés au budget municipal par les conseillers, d'où le délai légal du 20 février au 20 mars pour payer.
Le budget avait été adopté le 15 décembre avec une hausse de taxe moyenne de 2,2 %, mais les  conseillers ont renversé cette décision en votant un nouveau budget avec une hausse de 0,7 %.
Selon le maire Juneau, la ville devra emprunter si elle n'a pas les fonds pour payer la quote-part, ce qui coûterait 34 000 $ en intérêts.  
Or, les conseillers ne partagent pas le point de vue du maire. «Le montant de 34 000 $ dont parle Sylvain Juneau pourra éventuellement être compensé au cours de l'année par des ajustements à d'autres postes budgétaires. Les coupes budgétaires au budget 2017, qui nous ont permis de faire en sorte que l'augmentation de taxe pour le secteur résidentiel soit limitée à 0,7 %, n'ont aucun impact sur le cadre budgétaire de la Ville pour les prochaines années», soutiennent-ils.
Dans leur entrée de blogue, les conseillers ne sont pas tendres, remettant en question les compétences en gestion du maire élu en juin 2015, après la démission de Marcel Corriveau.
«Au lieu de divertir la population avec des propos insignifiants, qu'il se concentre donc sur les vrais enjeux : la promotion et le développement de Saint-Augustin de même que la poursuite contre la ville de Québec, pour laquelle un montant de plus de 30 millions $ est en jeu», poursuivent les élus augustinois. «Pour ceux qui savent compter, c'est 100 fois plus que le montant de 34 000 $ qui semble tellement inquiéter Sylvain Juneau.»