«J’ai dit que ça avait été une administration qui avait été incompétente, pourrie et que ça avait été géré en cabochons. Et je le réitère. Je n’ai pas de problèmes avec les mots, je le pense», a lancé Sylvain Juneau mardi, à propos de l'ancienne administration à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Sylvain Juneau persiste et signe

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, confirme que la croissance de la quote-part à l’agglomération de Québec pèse lourd sur la récente augmentation de taxes de 4,39%, mais maintient que la «gestion de cabochons» et la dette héritée de l’administration Corriveau plombent gravement les finances de la ville.

Mardi, M. Juneau a répliqué sans hésitation à son prédécesseur, Marcel Corriveau, qui est sorti de sa retraite pour défendre son bilan et déplorer les attaques menées à son endroit par le nouveau conseil municipal.

«La dette dédiée à la dette cette année, c’est 0,75 %, pas 4,39%. Ç’a été expliqué au budget clairement. De ce que je comprends, M. Corriveau ne comprend pas. C’est à l’image de 10 ans d’administration. Je ne sais pas s’il ne sait pas compter ou s’il ne comprend pas ou s’il est de mauvaise foi. Mais de toute façon, le résultat est le même: il prend des libertés avec les chiffres qui n’ont pas leur place», a réagi le maire Juneau. 

Quant à l’utilisation du qualificatif «cabochon», le politicien persiste et signe: «J’ai dit que ça avait été une administration qui avait été incompétente, pourrie et que ça avait été géré en cabochons. Et je le réitère. Je n’ai pas de problèmes avec les mots, je le pense.» 

M. Juneau affirme que n’eut été du gonflement de la dette sous le règne de Marcel Corriveau, passée de 28 à une centaine de millions de dollars entre 2008 et 2015, «j’aurais pu baisser les taxes de 10% cette année». 

Regarder vers l’avenir, tel que suggéré par son prédécesseur, le maire de Saint-Augustin n’a rien contre. À condition de ne pas occulter le passé. «Si on ne connaît pas notre passé comme il faut, on se condamne à le revivre», se plaît-il à répéter.