Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La semaine dernière, <em>Le Soleil</em> avait révélé que le chantier de la maison des aînés venait de se mettre en branle au 1576, route de l’Église.
La semaine dernière, <em>Le Soleil</em> avait révélé que le chantier de la maison des aînés venait de se mettre en branle au 1576, route de l’Église.

Suspension de l’abattage des arbres à l’église Saint-Louis-de-France  

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Sous la pression citoyenne, les scies à chaîne ont cessé de couper le boisé de l’église Saint-Louis-de-France, là où doit pousser la première maison des aînés de la région.

Une entente est intervenue il y a quelques jours entre le voisinage et les autorités étatiques, indique au Soleil Martin Roy, porte-parole de la Société québécoise des infrastructures. La SQI pilote le chantier pour le compte du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale.

«Il a été convenu dimanche dernier avec des représentants des citoyens que les travaux de coupe d’arbres étaient temporairement suspendus», précise-t-il. «À la suite de la rencontre citoyenne de mercredi soir, il a également été convenu d’analyser la possibilité de déplacer et/ou de traiter certains arbres malades, et ce, malgré les risques inhérents.»

La semaine dernière, Le Soleil avait révélé que le chantier de la maison des aînés venait de se mettre en branle au 1576, route de l’Église. Le bâtiment de 60 millions $ aura trois étages comptant 96 habitations, dont 84 pour la clientèle âgée. Il y aura également 12 résidences pour la clientèle aux prises avec une déficience intellectuelle ou physique, un trouble du spectre de l’autisme.

Pour réaliser ce concept d’hébergement nouveau genre, le gouvernement a cependant fait le choix de détruire l’église Saint-Louis-de-France. Et de couper pratiquement l’ensemble des 107 végétaux recensés, dont 70 des 77 arbres matures.

La SQI soutient toujours que ces abattages sont requis. «Nous vous rappelons […] qu’il était nécessaire d’intervenir sur les arbres pour permettre l’implantation du bâtiment et des aménagements qui répondent aux besoins du CIUSSS de la Capitale-Nationale à l’égard du programme de maisons des aînés.»

Le CIUSSS promet de planter ensuite «plus de 104 arbres et plus de 738 arbustes».

+

20 ARBRES À SAUVER

Une des résidentes les plus outrées, Marie-Hélène Felt, se réjouit : «Sous la pression citoyenne, les arbres ont cessé de tomber sur le site de l’église St-Louis-de-France.»

«Une vingtaine d’arbres matures sont encore debout et, plusieurs citoyen.ne.s mobilisés estiment que ces arbres doivent être préservés», nous a-t-elle écrit.

Elle souhaite maintenant que les habitants du quartier soient impliqués davantage dans la planification du projet de construction. Et que la pause de l’abattage soit prolongée le temps d’évaluer d’autres avenues. «Nous avons des propositions concrètes, légitimes et raisonnables à faire afin que cette histoire se termine mieux qu’elle n’a commencé.»