Lundi, le maire Labeaume a félicité l’ouverture et l’intelligence de ses interlocuteurs, dont le nouveau maire de Stoneham avec qui il dit partager une vision commune du développement.

Sources d'eau potable: les maires confiants de s'entendre

Les maires de Québec, Stoneham et Lac-Beauport confirment que les pourparlers progressent en vue d’une entente sur la protection des sources d’eau potable.

«Nous sommes confiant d’arriver à une entente», a lancé Régis Labeaume, lundi, tout juste avant le conseil municipal. Interrogés par Le Soleil la semaine dernière, le maire de Stoneham, Claude Lebel, et celui de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, aussi préfet de la MRC de la Jacques-Cartier, ont tenu le même discours à la lumière d’un rapport d’étape préparé par leur responsable de l’urbanisme.

Les élus ont décidé d’entamer ces pourparlers pour mettre un terme aux procédures judiciaires en cours. 

En mars, la Cour supérieure a invalidé un règlement de la Communauté métropolitaine de Québec, visant à freiner la construction d’habitations dans les municipalités de la couronne nord pour protéger les prises d’eau potable de la Ville de Québec.

L’adoption de ce règlement en 2017 avait eu pour effet d’empêcher des dizaines, voire des centaines de propriétaires d’un terrain de se construire. Les municipalités touchées sont Stoneham, Lac-Beauport, Lac-Delage et Sainte-Brigitte-de-Laval. Seules les deux premières ont intenté une poursuite contre la communauté métropolitaine.

Dans son jugement, le magistrat remet en question les principes scientifiques sur lesquels la Communauté métropolitaine de Québec a basé son analyse pour adopter son règlement de contrôle intérimaire contesté.

Le maire Labeaume avait déjà signifié son intention de porter la décision en appel. «C’est un jugement sur la valeur scientifique des choses. On trouve ça ben, ben surprenant», avait-il déclaré.

Il s’était dit tout aussi surpris que le tribunal rejette le «principe de précaution» invoqué par la communauté métropolitaine pour vouloir adopter rapidement son règlement de contrôle intérimaire. 

L’appel a été porté, mais cela n’empêche pas les discussions en cours puisque la cause ne sera entendue que dans plusieurs mois. 

Le ton a changé entre les maires depuis les élections municipales tenues à l’automne. Les citoyens des municipalités visées par le règlement de contrôle intérimaire critiqué ont élu de nouveaux maires. 

Lundi, le maire Labeaume a d’ailleurs félicité l’ouverture et l’intelligence de ses interlocuteurs, dont le nouveau maire de Stoneham, avec qui il dit partager une vision commune du développement.

«Il y a eu beaucoup de dégâts à Stoneham. Le maire Miller [l’ex-maire Robert Miller] a créé beaucoup de drames humains», soutient M. Labeaume, évoquant notamment la course aux permis de construction qui a suivi l’intention de la communauté métropolitaine d’adopter son règlement. On essaie de régler tout ça», a-t-il conclu.

+

TRAMWAY: LABEAUME SATISFAIT DE LA CONSULTATION

Le maire de Québec s’est dit satisfait du rayonnement des cinq séances d’information et de consultation sur le réseau structurant de transport en commun tenues depuis le début d’avril. Chiffres à l’appui, il soutient avoir atteint une grande partie de la population. Quelque 1355 personnes ont participé aux séances et 3200 autres ont suivi les séances en webdiffusion. La page Facebook de la Ville sur le sujet a attiré 88 000 personnes et la vidéo promotionnelle sur le tramway a été vue à 59 000 reprises. Coût total de l’opération, 200 000 $. La quasi-absence d’opposition lors des séances fait dire au maire qu’il y a maintenant consensus autour du projet.

+

LE MAIRE EN DEUIL DE SA SŒUR

Régis Labeaume a vécu une douloureuse fin de mission à San Francisco la semaine dernière. Très tard, jeudi, il apprenait le décès soudain de sa sœur Jacynthe. La dame était résidente de Québec. Cette perte pour la famille oblige le maire à annuler une mission prévue la semaine prochaine à Kotor, au Monténégro. Il devait s’y rendre dans le cadre des activités de l’Organisation des villes du patrimoine mondial, organisme qu’il préside. 

+

PAS ASSEZ DE RÉPONSES POUR L'OPPOSITION

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, dit ne pas être convaincu que le tramway entraînera un «gain significatif» pour les citoyens au terme des séances d’information et de consultation présentées récemment. Selon lui, «Le maire de Québec demeure incapable de répondre à des questions simples sur les expropriations, les acquisitions de gré à gré, le tracé, la tarification, le mode de paiement et la qualité des sols». Il s’interroge aussi sur la hausse projetée du nombre moyen de transferts de 1,3 à près de 1,7 par usager, une situation qui pourrait décourager certaines personnes à utiliser le transport en commun.