La famille Timmermans-Lequeux a été touchée par la générosité des Québécois à leur endroit.

Solidarité pour les Belges interdits de travail

La population de Québec a été touchée par le cas des Belges Kevin Timmermans et Maïté Lequeux, parents de deux enfants et maintenant interdits de travail en attente du résultat de leur demande de résidence permanente au Canada.

«Notre campagne Gofundme avait recueilli 500 $ dimanche et ça a monté à 3 500 $ après la publication du reportage dans Le Soleil. Il y a même un couple de Québécois qui est arrivé chez nous avec une épicerie complète», a raconté Kevin, visiblement ému, mercredi.

Le jeune père de famille a aussi reçu les appels de deux entreprises intéressées à l’embaucher comme boucher et charcutier, un métier considéré comme en pénurie au Québec et pour lequel il possède une formation.

«C’est vraiment touchant, toute cette solidarité», a déclaré Kevin. «Dimanche, on était littéralement en pleurs quand on a vu que des gens avaient trouvé notre adresse pour nous apporter des denrées. Ça fait chaud au cœur. On a l’impression de voir enfin un peu de lumière au bout du tunnel.»

Plutôt silencieux jusqu’à dimanche, le milieu politique a également réagi fortement au cas des Timmermans-Lequeux dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre qui frappe présentement la ville de Québec.

Écoute des ministres

«Je viens de rencontrer le cabinet du ministre François Blais et, lundi, j’avais rencontré le cabinet du député fédéral Pierre Paul-Hus. Demain, je rencontrerai le ministre fédéral Jean-Yves Duclos», explique M. Timmermans, qui dit avoir reçu une très bonne écoute jusqu’à maintenant.

«M. Blais essaie de trouver une façon de nous avoir des coupons pour l’épicerie et vérifie s’il ne serait pas possible d’obtenir une dérogation pour un permis de travail. M. Paul-Hus a parlé de vérifier s’il ne serait pas possible de nous donner de l’aide sociale en attendant que notre statut se régularise», ajoute-t-il.

Kevin Timmermans s’attend également à recevoir un appel de la Ville de Québec au cours des prochains jours après la sortie, mardi, du maire Régis Labeaume qui a dénoncé la «bêtise des normes» pour commenter le cas du couple belge.