Rentech, l'entreprise qui doit faire transiter par Québec environ 400 000 tonnes de granules de bois, réclamait un terminal pour la fin d'août 2014. Les silos de l'anse au Foulon ont donc été construits dans l'urgence - et dans la controverse - l'hiver dernier.

Silos vides: «Pourtant, ça avait l'air urgent...» souligne le maire

Le fait que les fameux silos du Port de Québec soient toujours vides malgré l'empressement à les installer a provoqué un petit sourire en coin au maire Régis Labeaume. «Pourtant, ça avait l'air urgent...», a-t-il laissé tomber sur le ton de l'ironie en point de presse, lundi.
Rentech, l'entreprise qui doit faire transiter par Québec environ 400 000 tonnes de granules de bois, réclamait un terminal pour la fin d'août 2014. Les silos de l'anse au Foulon ont donc été construits dans l'urgence - et dans la controverse - l'hiver dernier. 
Or, Le Soleil révélait la semaine dernière qu'ils sont toujours vides et qu'aucune livraison n'est prévue avant au moins le printemps. «Je n'ose plus en parler», a laissé tomber M. Labeaume. À l'époque, le maire avait dénoncé les imposantes structures qui ont changé le paysage de Québec. 
En septembre, il a admis son «erreur» et a promis publiquement son appui indéfectible au Port de Québec dans tous ses projets d'expansion. «J'ai assez donné dans les silos. Je n'ai rien à dire là-dessus», a-t-il conclu.