Un seul officier sur six est toujours là parmi ceux qui étaient en poste lors de l’élection du nouveau conseil municipal de Shannon.

Shannon: le syndicat des pompiers lance une enquête

Le Syndicat des pompiers et pompières du Québec a lancé une enquête et tiendra une assemblée syndicale spéciale après la suspension de deux officiers, dont le président du tout nouveau Syndicat des pompiers de Shannon, par l’administration municipale.

«Une enquête concernant du harcèlement au travail a été ouverte par l’employeur concernant les deux officiers suspendus. Nous allons nous aussi faire enquête afin de vérifier si les accusations portées sont valides et de vérifier les agissements de l’employeur», a déclaré au Soleil François Morin, vice-président du Syndicat des pompiers et pompières du Québec.

M. Morin avoue que l’enquête vise également à vérifier si ce ne serait pas plutôt un sentiment antisyndical et de l’acharnement de la part de l’employeur qui seraient à l’origine des deux suspensions. Le Syndicat souhaite aussi savoir si les trois autres démissions chez les officiers des pompiers de Québec depuis deux mois seraient liées à la même problématique.

En place depuis quelques semaines seulement à Shannon, le Syndicat a assuré qu’il allait défendre ses membres. «Je peux vous l’assurer, nous allons faire notre travail à ce niveau», a assuré M. Morin, indiquant que la situation vécue à Shannon était assez particulière.

«C’est une situation assez exceptionnelle, on ne retrouve pas ça très souvent. La plupart des endroits où les pompiers décident de se syndiquer, ça se passe bien. Ce n’est pas un mouvement de terreur, un syndicat!» illustre François Morin.

Bientôt, le Syndicat des pompiers et des pompières du Québec a également l’intention de faire le point sur la situation en tenant une assemblée générale spéciale des 33 membres de l’unité syndicale des pompiers de Shannon. C’est une rencontre entre le nouveau conseil municipal de Shannon, présidé par le maire Mike-James Noonan, et ses pompiers le 29 novembre qui aurait mis le feu aux poudres. Le chef Claude Langlois et un autre officier ont démissionné quelques jours plus tard après que le directeur général Gaétan Bussières ait accusé les officiers d’insubordination, de manque de loyauté et de désobéissance lors de cette rencontre. 

À la fin du mois de janvier, le capitaine Éric Bouchard démissionnait à son tour et vendredi dernier, la ville suspendait de leurs fonctions le capitaine Éric Arsenault et le lieutenant Marc Gagnon, président du syndicat. Un seul officier sur six, le directeur adjoint aux opérations Nicolas Proulx, est toujours là parmi ceux qui étaient en poste lors de l’élection du nouveau conseil municipal.