Clive Kiley, maire de Shannon, savait que la nomination de Gaétan Bussières susciterait la controverse, mais n'avait pas peur.

Shannon: le nouveau directeur des finances sera «clairé» s'il est fautif

Le nouveau directeur des finances de Shannon, Gaétan Bussières, se fera montrer la porte, assure le maire Clive Kiley, si Sainte-Brigitte-de-Laval est en mesure de prouver les motifs qui ont mené au congédiement de son ex-directeur général.
M. Bussières conteste son congédiement devant la Commission des relations du travail (CRT). En janvier, l'ex-dg s'est fait montrer la porte pour une foule de motifs, dont le versement «illégal» d'une somme de 45 000 $ en 2012 provenant de la municipalité qui a eu comme conséquence de gonfler sa rémunération.
Le conseil municipal de Shannon a malgré tout confirmé son embauche lundi soir, à quatre élus contre trois. M. Kiley a assuré qu'il croyait les explications de M. Bussières sur son renvoi, mais si Sainte-Brigitte-de-Laval remporte le combat devant la CRT, Gaétan Bussières devra quitter son poste à Shannon.
«On va le clairer et il n'y aura pas de prime de départ», a assuré le maire.
Celui-ci a rappelé que le congédiement de M. Bussières s'est réalisé dans un contexte particulier, alors que la nouvelle mairesse, Wanita Daniele, a elle-même quitté son poste de directrice de l'urbanisme de cette même municipalité il y a quelques années, alors qu'elle était en mauvais termes avec le même Gaétan Bussières. Mme Daniele avait alors reçu une prime de départ de 36 semaines de salaire.
«Erreur de traduction»
M. Kiley a reconnu mardi avoir mal informé les citoyens réunis à la réunion du conseil de lundi soir, dans le dossier de M. Bussières, comme le rapportait Radio-Canada mardi soir lors de son bulletin d'information. En pleine séance du conseil, il a affirmé détenir des lettres de recommandation pour M. Bussières provenant de deux anciens maires de Sainte-Brigitte-de-Laval, alors qu'en fait, il avait reçu des recommandations verbales de ces deux hommes.
«C'est une erreur de traduction de ma part», a affirmé M. Kiley.
Le directeur général de Shannon, Hugo Lépine, a aussi confirmé ne pas avoir obtenu l'assurance directement de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) que M. Bussières ne faisait pas l'objet d'une enquête.
«J'ai demandé aux gens avec qui on fait affaire à la Sûreté du Québec et ils me sont revenus en disant qu'il n'était pas sous enquête par l'UPAC ou l'escouade Marteau. Ce n'est pas un contact direct avec l'UPAC, mais c'était suffisant pour moi.»