Le terrain de l'église désacralisée Sainte-Maria-Goretti, à Charlesbourg, contient de la pyrite, qui a fragilisé la structure du batiment.

Sainte-Maria-Goretti: la démolition de l'église et plus de condos, demande le promoteur

Le promoteur des condos Maria-Goretti, à Charlesbourg, ne croit plus possible de conserver l'église du même nom dans son développement immobilier. Il demande la permission de la détruire et exprime son désir d'augmenter le nombre d'unités d'habitation «tant qu'à faire». S'il y a discussion sur l'avenir de l'église, la Ville de Québec écarte toute hausse de la densité résidentielle.
Quand la Ville de Québec a accepté le projet immobilier Maria-Goretti, en 2011, les voisins ont dénoncé la densification de leur banlieue. Au lieu des trois gros immeubles prévus sur l'avenue Paul-Comtois, ils auraient voulu voir pousser des maisons unifamiliales.
Le permis de construction déjà délivré à la société immobilière SIL prévoit la construction de trois immeubles comprenant un total de 173 condos. Seule la première phase, qui compte 63 unités d'habitation, est terminée.
L'église désacralisée Sainte-Maria-Goretti devait être conservée et intégrée aux bâtiments à venir, mais le promoteur Serge Laflamme veut désormais la démolir. La pyrite présente dans le sol a fragilisé la structure, a-t-il expliqué au Soleil, lundi. Ce minéral est en effet reconnu pour attaquer les fondations en béton. Des barrières sont ajoutées quand on réalise de nouvelles constructions, mais il est difficile de réhabiliter les anciennes fondations. «C'est à peu près pas faisable», dit le promoteur.
«Tant qu'à faire», M. Laflamme évoque la possibilité d'ajouter des unités d'habitation. Le nombre de 220 a été avancé dans une inscription au registre des lobbyistes.
Aucune décision prise
Conscient de l'opposition citoyenne qui s'est exprimée il y a quelques années, l'homme d'affaires insiste pour dire que rien n'est décidé. Il croit cependant que «ça ne change pas grand-chose qu'il y ait 220 ou 173» condos dans la mesure où un premier bâtiment est apparu dans le paysage. «C'est bien plus laid avec ce qu'il y a là», ajoute-t-il en référence à l'église abandonnée par les fidèles.
Dessinée par les architectes Laroche, Ritchot et Déry, l'église Sainte-Maria-Goretti a été construite en 1965-1966 dans un style commun à l'époque. Selon le site Internet Églises de Québec, conçu par l'École d'architecture, le ministère de la Culture et la Ville de Québec, elle est «une réalisation intéressante des années 1960 à Québec».
David O'Brien, porte-parole de la Ville de Québec, a confirmé lundi que des discussions ont lieu avec des fonctionnaires pour évaluer les contraintes techniques liées au sous-sol et déterminer s'il est réaliste de conserver l'église. Il ne peut les détailler ou en prédire la conclusion.
Le représentant municipal ferme toutefois la porte à l'ajout de condos, que l'église reste ou pas. «La Ville n'a aucune intention de modifier le règlement afin que le projet dépasse le nombre d'unités déjà allouées», a-t-il pris soin de préciser après consultation du directeur des grands projets, Charles Marceau.