La mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele

Sainte-Brigitte-de-Laval congédie son directeur des affaires juridiques

Le grand ménage se poursuit à Sainte-Brigitte-de-Laval. Après l'ancien directeur général Gaétan Bussières, voilà que les élus ont congédié, à l'unanimité, le directeur des affaires juridiques et greffier Me Sylvain Déry, lundi soir, lors de la réunion du conseil municipal.
La mairesse Wanita Daniele a notamment invoqué «l'insubordination» de Me Déry, son «incompétence», son «manque de loyauté» et ses absences répétées au boulot pour justifier son congédiement. Mme Daniele a assuré que la Ville ne paiera pas de prime de séparation à Me Déry.
«Le lien de confiance est définitivement rompu» a lancé la mairesse, lundi soir.
Parmi les inconduites qu'on lui incombe, l'avocat aurait réalisé, durant ses heures de travail, ses travaux scolaires qui découlent des cours universitaires que la Ville lui payait, alors qu'on pouvait s'attendre que ces tâches soient complétées à la maison.
Me Déry aurait aussi trompé le précédent conseil municipal en commettant des irrégularités et des illégalités dans l'adoption des conditions salariales du précédent directeur général Gaétan Bussières, selon les termes de la résolution adoptée pour officialiser son renvoi.
«Il y a des points illégaux dans ce contrat-là qui ont été approuvés par lui [Me Déry]», a précisé Mme Daniele.
On lui reproche aussi d'avoir intimidé des employés et des citoyens de la municipalité, notamment le directeur général par intérim, Serge Demers, et d'avoir envoyé une mise en demeure à un ancien conseiller municipal sans obtenir l'autorisation du conseil.
Le grand coup de balai à Sainte-­Brigitte-de-Laval a commencé dès décembre dernier, quand Le Soleil a révélé la teneur des nouvelles conditions salariales du dg Gaétan Bussières adoptées par le précédent conseil municipal, avant les élections de novembre dernier. M. Bussières avait été suspendu par l'équipe de Mme Daniele en décembre puis congédié environ un mois plus tard.
En fouillant dans les différents contrats de travail de M. Bussières, les avocats mandatés par la Ville ont remarqué le versement d'une somme de quelque 45 000 $ au dg lors de l'année fiscale 2012. Dans la résolution de congédiement adoptée il y a quelques semaines, on affirme que M. Bussières s'est créé illégalement un fonds rétroactif, en mars 2012, en vue de son départ. En septembre de la même année, la somme lui était versée, ce qui a eu pour effet de gonfler sa rémunération pour la même année.
Mme Daniele a d'ailleurs confirmé lundi soir que M. Bussières avait déjà contesté son congédiement à la Commission des relations du travail. Elle s'attend à ce que Me Déry fasse de même.
La mairesse se donne deux mois pour trouver un nouveau directeur général pour remplacer M. Demers, qui assume l'intérim. Pour combler le départ de Me Déry, la Ville pourrait regarder à l'interne et ainsi éviter de réaliser une nouvelle embauche.
Guillot démissionne
Un autre membre de la garde rapprochée de Gaétan Bussières, Jean-François Guillot, a aussi quitté la Ville, alors qu'il a remis sa démission le 6 février. Celle-ci a été acceptée par le conseil lundi soir.
M. Guillot occupait le poste de directeur de l'urbanisme et il quittera ses fonctions le 27 février.