Le Conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures a tenu mardi son avant-dernière séance avant le scrutin.

Saint-Augustin: un conseil municipal divisé jusqu'à la fin

Un mois et demi avant les élections municipales, les relations ne s'améliorent pas autour de la table du conseil de Saint-Augustin-de-Desmaures. C'est sur division qu'ont été adoptées mardi six résolutions concernant les projets immobiliers Les Terrasses et Jardins du Séminaire du promoteur C.R. Gagnon.
Les cinq conseillers issus de l'administration de l'ex-maire Marcel Corriveau, qui ne sollicitent pas un nouveau mandat en novembre, ont tous approuvé les résolutions. Le maire Sylvain Juneau et le conseiller Raynald Brulotte, qui seront candidats aux élections, ont voté contre en cette avant-dernière séance du conseil avant le scrutin.
«Ça n'a pas de maudit bon sens d'adopter ça à un mois de l'élection! Laissez ça à des gens qui n'ont pas un passé à défendre!» a déclaré le maire Juneau en réponse à un citoyen lors de la période de questions.
Le conseiller Louis Potvin a pour sa part déclaré que le conseil ne pouvait refuser une entente avec le promoteur si les règlements de zonage et d'urbanisme étaient respectés, d'autant plus qu'on parlait de projets de plusieurs millions de dollars. «Ça fait un an que le promoteur attend pour aller de l'avant avec la deuxième phase, le conseil vient de lui permettre de le faire», a expliqué son collègue Guy Marcotte, assurant qu'aucune infrastructure supplémentaire ne devrait être construite en lien avec ce projet.
Le maire a toutefois ramené sur la table la première phase des projets de C.R. Gagnon pour justifier son vote d'opposition. «Il y a déjà eu des projets lors desquels l'administration précédente a dépensé 15 millions $ qui ont été donnés au promoteur et ça fait l'objet d'une vérification du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) et d'avis juridiques. Et maintenant, il y a urgence d'adopter ça en fine épouvante avant les élections et dire au promoteur qu'il peut construire six tours et que ça ne lui coûtera rien?»
«Le projet, c'est un projet superbe, mais je ne peux pas voter pour. J'ai demandé une rencontre de travail avec nos experts techniques et nos conseillers juridiques et ça n'a pas été possible», a pour sa part conclu le conseiller Brulotte.