Moneysense souligne la richesse des ménages, l'économie forte et l'accessibilité aux soins médicaux à Saint-Augustin. On mentionne également le taux de chômage de 2,28% et le revenu moyen de 114 567 $.

Saint-Augustin seconde au palmarès des meilleures villes où vivre

Malgré son taux de taxation qui a subi une hausse vertigineuse ces dernières années, la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures se classe seconde, juste derrière Ottawa, au palmarès des meilleures villes où vivre au Canada dressé chaque année par le site web Moneysense.
Le site appartenant au groupe Rogers souligne la richesse des ménages, l'économie forte et l'accessibilité aux soins médicaux dans la municipalité voisine de Québec. On mentionne également le taux de chômage de 2,28% et le revenu moyen de 114 567 $.
Douzième l'an dernier, la Ville de Québec dégringole en 41e place cette année alors que Lévis, en neuvième position l'an dernier, recule d'un rang en dixième place. L'Ancienne-Lorette termine pour sa part au 51e rang.
Quant à Montréal, elle fait bien piètre figure en 356e position, tout juste derrière Drummondville et derrière plusieurs villes de l'Est du Québec comme Sainte-Marie (73e), Saint-Georges (143e), Rimouski (186e), Baie-Comeau (267e), Sept-Îles (293e) et Montmagny (310e).
Les rénovations de 1,2 million $ au Centre Jean-Marie-Roy de Saint-Augustin-de-Desmaures sont mises sur la glace pour quelques semaines à la suggestion du sous-ministre des Affaires municipales.
Les rénovations au Centre Jean-Marie-Roy sur la glace pour quelques semaines
Pomme de discorde entre le maire Sylvain Juneau et cinq conseillers issus de l'administration précédente, les rénovations de 1,2 million $ au Centre Jean-Marie-Roy de Saint-Augustin-de-Desmaures sont mises sur la glace pour quelques semaines à la suggestion du sous-ministre des Affaires municipales.
M. Juneau, qui qualifie le bâtiment de «gouffre financier» et qu'il souhaiterait voir vendu ou démoli, s'était adressé au sous-ministre Marc Croteau pour lui demander de bloquer une résolution votée par les conseillers à l'effet d'engager la somme de 1,2 million $ pour rénover le Centre Jean-Marie-Roy et le maintenir temporairement ouvert. 
M. Juneau voudrait plutôt que la décision concernant l'avenir du bâtiment soit reportée au mois de novembre, après les élections municipales.
Le sous-ministre a répondu cette semaine à la lettre du maire, affirmant que sa requête faisait l'objet d'une analyse et qu'il allait rencontrer le conseil afin de discuter du dossier. Il a également recommandé au directeur général de surseoir à l'application de la résolution dans la mesure où cela ne portait pas atteinte à la santé et à la sécurité de la population.
Joint par Le Soleil, le directeur général Robert Doré a indiqué qu'il avait bien lu la recommandation du ministère, mais a rappelé qu'il était lié par la résolution votée par le conseil.
«Nous allons donc préparer les appels d'offres pour les corrections que la Régie du bâtiment nous a demandé d'apporter, ce qui ne coûte pas un sou. Cependant, pour la suite des choses, nous allons attendre la rencontre du sous-ministre avec le conseil. Il faudra aussi qu'il y ait une coordination entre la Ville, le ministère des Affaires municipales et la Régie», a expliqué M. Doré.
Comme la préparation des appels d'offres devrait prendre quelques semaines et qu'ils ne seront publiés qu'à la fin des vacances de la construction, aucune somme d'argent ne devrait donc être engagée pour ces travaux avant le milieu du mois d'août.