Malgré tous ces départs, le maire Marcel Corriveau refuse de qualifier le climat de malsain à la Ville.

Saint-Augustin: deux autres départs au service juridique

Rien ne va plus au service juridique de la Ville de Saint-Augustin, qui est devenu moribond lundi avec le départ en arrêt maladie des deux dernières employées en poste.
Après le congédiement de la directrice juridique et greffière en janvier, puis les démissions de l'aide-greffière et de l'avocate de la municipalité au début février, voilà que la secrétaire et la technicienne juridique, les deux dernières employées du service, sont toutes les deux parties en congé de maladie lundi. Cela vide pour ainsi dire le département, les deux stagiaires se retrouvant fin seuls. C'est le directeur général de la Ville, Jean-Pierre Roy, qui assume l'intérim comme greffier.
Le syndicat des cols blancs qui représente les deux employées qui viennent de s'absenter critique «le climat malsain» à la Ville de Saint-Augustin. Le maire Marcel Corriveau réplique que la situation est maîtrisée.
«Je pense que de façon globale, il y a un climat très malsain à l'hôtel de ville», commente le conseiller qui représente les cols blancs de la municipalité à la Fédération indépendante des syndicats autonomes, Michel O'Dowd. Pour l'instant, le syndicat reste aux aguets puisqu'il y a beaucoup d'inquiétude parmi les employés de la Ville. «C'est certain que ça inquiète nos membres. Il y a des effets pervers. Les gens entrent au travail et se demandent qui va partir aujourd'hui.»
«Réingénierie» rapide
Du côté de la mairie, on assure que le fonctionnement de la Ville n'est pas en péril, mais que la municipalité doit effectuer «une réingénierie» du service rapidement. Pour ce faire, Saint-Augustin fait appel au Centre de ressources municipales (CRM), un organisme mis à sa disposition par l'Union des municipalités du Québec pour «assister professionnellement [les villes] dans la gestion courante et le développement de leurs activités en matière de ressources humaines et de relations du travail», lit-on sur le site Internet du CRM.
La direction juridique d'une ville s'occupe entre autres de rédiger les règlements et les avis publics, de préparer les séances du conseil et de dresser les procès-verbaux des délibérations, de gérer les archives et l'accès à l'information en plus de conseiller l'administration sur des litiges ou des questions juridiques.
Le maire Marcel Corriveau ne nie pas que les départs de la greffière, de l'aide-greffière et de la procureure de Saint-Augustin ont eu un impact sur le moral des troupes. Mais il refuse de parler d'un climat malsain. «Non, il n'y a pas de climat malsain. Dans les autres services, ça fonctionne très bien. On avait un problème au niveau du greffe, on est en train de corriger la situation.»