Jean-Claude Desroches poursuit le maire de Saint-Augustin et son directeur général.

Saint-Augustin-de-Desmaures: plus de 100 000 $ de frais d'avocats dans l'affaire Desroches

La Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures a englouti plus de 100 000 $ en frais d'avocats dans la cause qui l'opposait à son ex-directeur des travaux publics Jean-Claude Desroches, réglée par une entente à l'amiable.
Comme l'indique le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, le montant de 100 000 $ n'inclut pas la somme qui a été versée à M. Desroches pour le dédommager et qui demeure confidentielle. «Nous avons fait un chèque à M. Desroches», a toutefois confirmé le maire.
La Ville avait poursuivi M. Desroches pour 100 000 $ en février 2014 pour des propos qu'il avait tenus et qui laissaient entendre que l'ex-maire Marcel Corriveau avait favorisé des firmes d'ingénieurs dans l'octroi de certains contrats. Ses propos avaient mené à une enquête de l'Unité permanente anticorruption, qui n'avait toutefois pas déposé d'accusation.
M. Desroches avait répliqué en intentant une poursuite de 400 000 $ contre l'ex-maire et l'ex-directeur général Jean-Pierre Roy, accusant l'administration municipale de s'être livrée à une vendetta dirigée par M. Roy avec la bénédiction de M. Corriveau.
Il disait entre autres avoir été faussement accusé d'avoir volé un ordinateur et se plaignait d'avoir reçu des appels anonymes dans lesquels on le menaçait de «lui fermer la gueule» et de s'en prendre à sa fille qui était alors enceinte.
Les causes devaient être entendues du 5 au 22 décembre au palais de justice de Québec, mais l'entente intervenue entre les parties met fin au litige.