Au centre, le chef de Québec21, Jean-François Gosselin

Réorganisation municipale: l’opposition demande à la Ville de reculer

Une dame qui fait sept appels pour réserver une salle. Des employés des travaux publics qui se plaignent d’une perte d’efficacité. Québec21 exige l’annulation de la réorganisation municipale à cause des nombreux ratés qui lui sont rapportés.

Les trois conseillers de l’opposition officielle disent se rendre à la conclusion que la réorganisation amorcée en 2015 ne donne pas les résultats escomptés. Ils se basent sur des témoignages reçus de citoyens comme d’employés, soutiennent-ils.

À partir de ces témoignages, le conseiller Stevens Melançon croit que la situation est généralisée. «J’ai des appels régulièrement de citoyens», avance-t-il, sans pour autant donner de chiffres précis sur le nombre d’appels ou de plaintes à l’arrondissement de Beauport, dont il est le président. Il semble que les travaux publics et les loisirs sont les deux secteurs d’activités les plus problématiques.

«On vous dit qu’on a suffisamment de témoignages d’employés et de citoyens pour amener le sujet au conseil de ville», renchérit le chef de Québec21, Jean-François Gosselin.

Le conseiller Patrick Paquet va plus loin en prétendant avoir entendu dire que la Ville pensait reculer et revenir à son ancienne façon de faire au service des travaux publics. 

«Quand on se plante, on peut l’avouer. Là, on touche le service aux citoyens. Je ne veux pas qu’on fasse la grosse tête et que l’on continue dans quelque chose qui ne fonctionne pas.»

Du temps

Un constat que ne partage pas l’administration Labeaume. «La structure est quand même récente. Il faut donner le temps aux choses de se placer, aux gens d’y adhérer. Ce n’est peut-être pas toutes les personnes, tous les services qui sont rendus au même endroit», a commenté la conseillère Suzanne Verreault, en marge d’un point de presse. On entend aussi des commentaires positifs. On va prendre le temps d’analyser la chose.»

Son collègue, le conseiller Rémy Normand, a abondé dans le même sens, rappelant que l’objectif de la réorganisation était d’offrir des services uniformes et d’éliminer les silos.

Pour ce qui est d’un potentiel recul de l’administration Labeaume, les deux élus disent n’en avoir jamais entendu parler.