Seulement 746 voix. C’est ce qui manquait à Anne Guérette pour faire passer son pourcentage de vote de 14,64% à 15%, ce qui lui aurait permis d’obtenir un remboursement de ses dépenses électorales.

Remboursements et dépenses électorales à géométrie variable

Démocratie Québec devra payer la totalité des dépenses électorales de sa candidate à la mairie. Équipe Labeaume est la formation qui a le plus dépensé. Québec 21 refuse de dévoiler ses chiffres, malgré les promesses de transparence.

Seulement 746 voix. C’est ce qui manquait à Anne Guérette pour faire passer son pourcentage de vote de 14,64% à 15%. L’ex-chef de Démocratie Québec (DQ) aurait ainsi eu droit, selon la Loi sur les élections et les référendums, d’obtenir un remboursement de 70% de ses dépenses électorales.

Le président du parti, Denis L’Anglais, estime que la moitié du budget électoral de DQ a servi à son ex-chef, soit 55 000$. Ce montant devra donc être épongé en totalité par le parti. 

À l’inverse, il croit possible de récupérer, ou presque, le maximum admissible sur l’autre 55 000$. Et ce, même si 12 candidats n’ont pas dépassé la barre des 15% dans leur district. À noter que DQ a dépensé 47 000$ de moins qu’en 2013.

Le président assure que le parti dispose des fonds nécessaires pour payer la note. Il avait une encaisse de 70 000$ au 31 décembre 2016. À cela, il faut ajouter 44 000$ de dons récoltés depuis le 1er janvier. Les règles de financement des partis octroient 2,50$ pour chaque dollar amassé. «Nous avons l’argent. On ne sera pas dans le rouge», confie M. L’Anglais.

Dépenses supérieures à 2013

De son côté, Équipe Labeaume a dépensé environ 290 000$ pour faire campagne, rapporte le porte-parole du parti, Michel Desmeules. C’est un peu plus que les 248 701$ investis lors du scrutin de 2013 et deux fois et demie plus que Démocratie Québec. 

M. Desmeules attribue la différence à la production du matériel visuel: une nouvelle image a été développée et les candidats ont eu droit à une séance photo en règle. «Sinon c’est assez semblable.»

Toutes les dépenses d’Équipe Labeaume sont admissibles au remboursement de 70% puisque tous les candidats ont obtenu entre 37% et 57% des votes. 

Pas d'estimation

Du côté de Québec 21, qui a promis la totale transparence pendant la campagne électorale, impossible d’obtenir une estimation des dépenses. «On va donner le chiffre au Directeur général des élections», indique David Chabot, directeur des communications. Celui-ci fait valoir que la compilation n’est pas terminée et que le directeur de campagne, Serge Marcotte, «ne veut pas s’exposer, contredire son propre chiffre plus tard et se ramasser dans le trouble».

Seulement deux des 21 candidats de Québec 21 n’ont pas franchi le seuil des 15% pour obtenir le remboursement de leurs dépenses, dans Cap-aux-Diamants et Montcalm—Saint-Sacrement. 

Le parti Option Capitale-Nationale n’a pas fini ses comptes non plus. «Nous n’avons pas terminé ce travail. Cependant, à la dernière réunion de l’exécutif, nous avons estimé que nos dépenses s’élèvent à plus ou moins 15 000$. Un montant plus précis sera déclaré au DGEQ comme l’exige la loi», fait savoir le chef Nicolas Lavigne-Lefebvre.

Quant à l’Alliance citoyenne de Québec, ses dépenses totalisent moins de 1000$. «On a obtenu le meilleur rendement pour l’argent dépensé», est convaincu Alain Giasson, chef et candidat défait dans Limoilou. Son parti a récolté 1253 votes ou 0,61% des suffrages à la mairie. Le score le plus élevé a été enregistré par Guy Boivin dans Montcalm—Saint-Sacrement avec 2,14% des voix exprimées.