Régis Labeaume fait le point sur plusieurs dossiers

Régis Labeaume participait au lancement de la campagne électorale de sa candidate dans le district Neufchâtel-Lebourgneuf vendredi… mais il s’est épanché sur de nombreux autres dossiers durant l’événement médiatique : taxes commerciales, spaghetti autoroutier, visite du premier ministre et tutti quanti. Faisons le point.

Legault à la mairie

Le chef de la Coalition avenir Québec devrait visiter Régis Labeaume. «Le premier ministre s’en vient dans les prochains jours, la semaine prochaine», annonce le maire. Il n’est pas encore déterminé si la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, pourra y participer.

Défaire le spaghetti, la priorité
Le maire sait déjà ce qu’il demandera au nouveau gouvernement. «À partir de maintenant, la priorité, ça va devenir vraiment la tête des ponts. […] La question c’est : comment vous allez changer le spaghetti à la tête des ponts?»

Le précédent gouvernement libéral a tergiversé durant des années au sujet du réaménagement de ce secteur fort achalandé. Il n’a d’ailleurs pas dévoilé ses plans. «Moi je sais ce qu’il y avait dans le projet, mais ce n’est pas public», note le maire. «Rendez-le public tout d’abord, puis dites-nous comment vous allez améliorer le projet qui est sur la table parce que visiblement vous n’étiez pas d’accord.»

Troisième lien et réseau de transport
Le gouvernement national a annoncé qu’il faudra deux ou trois ans pour élaborer un projet de troisième lien avec la Rive-Sud, fait remarquer le maire Labeaume. «On pense que c’est sage.»
Jusqu’à maintenant, le ministre des Transports, François Bonnardel, a indiqué qu’il penche pour une construction à l’est, vers l’Île d’Orléans.

Dans un rendez-vous que les deux hommes auront bientôt, le maire lui dira qu’il accepte de «laisser la chance au coureur» de démontrer que la capitale sera gagnante dans un tel scénario.

M. Labeaume assure que ces délais ne nuiront pas au projet de Réseau de transport structurant, dont le tramway. Peu importe où sera le 3e lien, dit le maire, il sera aisé de brancher ce réseau de transport en commun à la Rive-Sud en passant par une voie réservée sur le futur pont ou dans le futur tunnel.

Baisse des taxes commerciales?
Dominique Turgeon, la candidate d’Équipe Labeaume dans le district Neufchâtel-Lebourgneuf, est commerçante. Elle l’admet, les gens d’affaires voudraient toujours des comptes dégonflés : 

«C’est toujours trop cher, les taxes.» Elle se fait ainsi l’écho de critiques entendues dans les médias.

Elle s’empresse cependant de préciser : «Mais les taxes sont justifiées si les services vont de pair avec ça.»

Régis Labeaume note, par ailleurs, que «Le taux de taxation […] sérieusement il a même diminué au niveau commercial depuis un an.»

C’est que l’administration municipale avait remarqué qu’il avait grimpé un peu vite. Elle a donc décidé de limiter la crue. «C’est pour ça qu’on a pris l’engagement, à partir de cette année, de taxer au niveau commercial à l’inflation, comme on l’a fait dans le résidentiel. On va commencer cette année à taxer à l’inflation. Puis si dans quelques années, on s’aperçoit qu’on a dépassé l’inflation, on va geler [les taxes] pour arriver à l’inflation parfaite.»

+

Une église et une bibliothèque

La candidate d’Équipe Labeaume dans le district Neufchâtel-Lebourgneuf, Dominique Turgeon, a lancé sa campagne vendredi en prévision du scrutin du 9 décembre. 

La propriétaire du café-boulangerie Les Moulins La Fayette propose notamment d’agrandir la bibliothèque Lebourgneuf et de rénover la bibliothèque Saint-André. 

Elle souhaite également améliorer «la fluidité de la circulation». Le district est orphelin depuis le départ fracassant du conseiller Jonatan Julien en mai. 

L’ancien vice-président du comité exécutif avait claqué la porte quand le maire Régis Labeaume lui a fait porter le chapeau pour le cafouillage dans le dossier de la construction d’une nouvelle centrale de police à l’angle du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue des Rocailles. 

M. Julien a été élu à l’Assemblée nationale sous la bannière de la Coalition avenir Québec le 1er octobre. Baptiste Ricard-Châtelain