Le maire Régis labeaume souhaite accueillir annuellement 2000 travailleurs francophones étrangers supplémentaires pour combler la pénurie de main-d’œuvre.

Régis Labeaume demeure discret sur l’immigration

Le maire de Québec Régis Labeaume a refusé de se prononcer sur l’intention de la Coalition avenir Québec (CAQ) d’abaisser le seuil d’immigration si le parti était porté au pouvoir.

La semaine dernière, le chef François Legault promettait d’abaisser le nombre d’immigrants de 50 000 à 40 000 par année, même si plusieurs experts jugent cette mesure impossible, notamment en raison des accords en vigueur avec Ottawa. Une position qui semble à l’encontre de la priorité numéro un de l’administration Labeaume. Le maire souhaite accueillir annuellement 2000 travailleurs francophones étrangers supplémentaires pour combler la pénurie de main-d’œuvre.

«Je dis qu’on ne peut pas faire plus qu’actuellement. On a un taux de rétention des immigrants de 94 %. Il y a un problème parce que des gens qui veulent rester doivent partir à cause des règles actuelles. Ça prend des décisions politiques.» Du même souffle, il a refusé de qualifier la proposition des partis en immigrations. «Je ne me mêlerai pas de la campagne. Vous ferez le bilan, vous êtes bons là-dedans, a-t-il lancé à la presse. La population fera son propre bilan.»

Le chef de la CAQ s’était défendu de faire fi de la demande du maire. Dans un gouvernement Legault, chaque ville accueillerait un nombre d’immigrants en fonction de son poids démographique. Toute proportion gardée, la capitale reçoit actuellement moins d’immigrants que d’autres villes au Québec.